Le secrétaire général du mouvement El Islah, Filali Ghouini, a animé hier une rencontre avec les membres de la direction de son parti à Alger en prévision des prochaines législatives.

Interrogé par Reporters sur l’éventualité de la candidature pour la députation du Premier ministre Abdelmalek Sellal sur les listes du Front de libération national (FLN), Filali Ghouini a soutenu que «cela ne nous concerne pas». «Chaque parti est libre de ses candidatures», a-t-il estimé. Aussi, dans son allocution lors de l’ouverture de la rencontre, le patron du mouvement El Islah a affirmé la participation de sa formation de manière «active et avec force lors des prochaines législatives». Dans la foulée, il a évoqué l’impératif de la purge des listes électorales à travers l’ensemble des wilayas au motif que «cette purge représente une condition sine quoi non de la crédibilité de l’opération électorale». «Cette purge devrait intéresser toutes les candidatures superflues» pour, dit-il, permettre de «booster le taux de participation aux élections». «On va travailler avec les autres forces politiques pour combattre le désespoir et l’abstention populaires», a-t-il lancé. Avant d’enchaîner : «C’est une mission que nous avons à cœur d’accomplir en tant que politiques avec d’autres formations.» Son argument : «Quand les citoyens prennent part aux élections le taux de participation grimpe, ce qui donne plus de crédibilité à la future Assemblée populaire nationale.» A ses yeux, ce qui devrait «donner de l’espoir à la population qui placera par ricochet sa confiance en les politiques, en les élections et surtout en les institutions élues les considérant comme étant des espaces de prise en charge de leurs doléances». «Etant entendu que le rôle des élus est de prendre en charge les préoccupations populaires puisqu’ils sont leurs représentants», a-t-il précisé. S’exprimant en outre à propos de l’élaboration des listes électorales de son mouvement, Ghouini a expliqué : «On a demandé à nos bases militantes d’accélérer dans l’élaboration des listes électorales.» Avant de préciser qu’«on a demandé l’intégration dans ces listes de suffisamment de jeunes et de femmes pour donner suffisamment de dynamisme mais aussi de représentation de toutes les couches sociales de notre société». Et pour cause, «les jeunes ne peuvent que représenter les jeunes et les femmes ne peuvent être mieux représentées qu’à travers les femmes». Par ailleurs, sur le plan social, le patron du mouvement El Islah a appelé le gouvernement à intégrer lors de la prochaine tripartite les syndicats autonomes. «Il est inacceptable d’exclure les syndicats autonomes compte tenu de leur représentativité, surtout dans certains corps professionnels», a-t-il insisté. Avant d’interroger : «Pourquoi l’UGTA continue-t-elle à monopoliser la représentation syndicale des travailleurs lors des tripartites et prend en charge des décisions au nom des travailleurs alors que certaines décisions portent préjudices aux travailleurs, à l’instar de la récente décision de la suppression de la retraite proportionnelle ?» A son avis, la participation des syndicats autonomes lors de la tripartite «est un impératif majeur».