Pas moins de 312 familles habitant la cité Boukhedra, dans la commune d’El Bouni (Annaba), encerclées par les eaux à la suite des inondations causées par les dernières intempéries ont été évacuées «temporairement» vers des établissements scolaires et dans une mosquée de la région en attendant la prise en charge définitive de leur situation, apprend-on dimanche auprès de la wilaya. Le wali d’Annaba, Toufik Mezhoud, qui avait rencontré samedi des représentants des familles sinistrées à la suite des inondations à Boukhedra leur a promis de prendre en charge leur situation en matière de logement après un recensement définitif des familles concernées, indique-t-on de même source. Dans le cadre du dialogue qu’il a ouvert avec les représentants des familles sinistrées des diverses communes de la wilaya, le wali a rencontré les représentants des familles sinistrées de la cité Sidi Harb, dans la commune d’Annaba et a promis de reloger les occupants d’une cité construite de façon anarchique dans de nouveaux appartements après une opération de recensement.
Le chef de l’exécutif de la wilaya poursuit sa série de rencontres avec les représentants des familles sinistrées des cités Gharbi Aïssa, sur la route de l’aéroport, de la cité Fekharine et autres quartiers pour examiner les solutions à leurs situations de logement. Des groupes de citoyens souffrant des répercussions des inondations, notamment la coupure de l’approvisionnement en eau potable et en électricité dans les communes d’Annaba, El Hadjar et Sidi Amar, ont bloqué certains axes routiers pour demander l’accélération de la prise en charge des effets des inondations. Outre l’intensification des actions de distribution de couvertures et de vêtements aux familles sinistrées évacuées, des équipements et du matériel, ont été dirigés par le ministère des Ressources en eau vers la wilaya d’Annaba pour aider aux opérations de pompage des eaux qui ont inondé des quartiers entirs, indique-t-on. n