Le ministre des Transports égyptien Kamel al-Wazir a limogé mardi le chef de l’Autorité nationale des Chemins de fer Achraf Raslan après des accidents ferroviaires meurtriers, dont le dernier en date a fait 11 morts dimanche. «Il ne s’agit pas seulement de changer de direction (…) mais aussi de passer à l’étape suivante qui nécessite (…) une amélioration complète du réseau de chemins de fer», a indiqué le ministre dans un communiqué. Les transformations «en cours consistent à fournir de meilleurs services, à travailler 24 heures sur 24 au service des voyageurs (…) et mettre à jour cette infrastructure vitale qui transporte des millions de passagers chaque année», a poursuivi M. Wazir. Sur les réseaux sociaux, le ministre lui-même a fait l’objet d’appels à démissionner. Le renvoi du chef des Chemins de fer est la décision la plus significative prise par le ministre pour engager une refonte de l’institution chargée du transport ferroviaire. L’Egypte, pays de 100 millions d’habitants, a été récemment le théâtre de plusieurs collisions et déraillements meurtriers qui ont ravivé la colère des Egyptiens, face à la négligence des autorités et l’archaïsme du réseau ferroviaire national. Fréquentes, les catastrophes ferroviaires en Egypte sont généralement attribuées à des problèmes d’infrastructures et de maintenance. Dimanche, 11 personnes ont été tuées et près de 100 personnes blessées dans le déraillement d’un train au nord du Caire. Fin mars, au moins 20 personnes sont mortes et près de 200 ont été blessées dans la collision de deux trains train près de la ville de Sohag (sud). Le parquet général a indiqué que le conducteur d’un des trains et son assistant n’étaient pas à leur poste lors de l’accident, ce que les deux hommes ont contesté. Plus tôt en avril, 15 personnes ont également été blessées après le déraillement de deux wagons à quelque 70 km au nord du Caire. Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a promis des sanctions contre les responsables des drames ferroviaires. Début avril, la Banque africaine de développement (BAD) a annoncé l’octroi d’un prêt de 145 millions d’euros à l’Egypte pour l’amélioration de ses infrastructures ferroviaires. n