Une vingtaine de familles sinistrées suite à l’effondrement partiel d’un immeuble dans la nuit du samedi dernier à hai Sidi El Bachir (ex Plateau) au centre-ville d’Oran, ont été recensées pour être relogées, a-t-on appris lundi du chef de daira. L’immeuble qui s’est partiellement effondré compte 17 appartements occupés par un total de 20 familles qui vont bénéficier d’une opération de relogement, a déclaré Rahmouni Mourad, lors d’une conférence de presse, précisant que les sinistrés ont été pris en charge dans un centre d’accueil dans la commune de Misserghine disposant de toutes les conditions nécessaires, mais que certains ont refusé préférant se rendre chez des proches. Le wali d’Oran, Messaouad Djari a donné, selon le chef de daira, des instructions à l’Office de promotion et de gestion immobilière (OPGI) d’Oran pour reloger ces familles dans des logements décents dans un immeuble du site de 1000 logements publics locatifs dans la commune de Benfréha, mais celles-ci ont refusé cette option et ont demandé un autre site au niveau du quartier «El Barki» relevant du chef-lieu de wilaya. Le même responsable a déclaré que le site d’El Barki compte des logements publics locatifs où les travaux de gros œuvres sont achevés à cent pour cent en attendant les travaux d’aménagement externe portant surtout sur la réalisation des réseaux d’assainissement, d’eau potable, d’éclairage public pour un délai de 4 mois. M. Rahmouni a souligné que cette demande ne peut être satisfaite à l’heure car la daira d’Oran ne dispose pas d’assiettes foncières pour la réalisation de programmes d’habitat et que tous les quotas de logements qui lui sont attribués sont actuellement en cours de construction au niveau des communes de Oued Tlélat, Benfréha, Misserghine et Bethioua notamment. Pour rappel, l’effondrement partiel samedi soir dernier de l’immeuble de cinq étages, situé au 20 rue Belghelam Mohamed dans le quartier de «Sidi El Bachir» (ex Plateau) au centre-ville d’Oran, n’a pas fait de perte humaine.