Une rencontre nationale sur l’évaluation scolaire réunira le département de l’Education nationale et les partenaires sociaux en avril prochain, a annoncé, mardi à Alger, la ministre du secteur Nouria Benghebrit.

Cette rencontre servira à la présentation des conclusions d’une consultation nationale sur l’évaluation scolaire qui sera lancée en février prochain, a précisé la ministre en marge d’une rencontre avec les syndicats enseignants et les associations de parents d’élèves. En effet, la ministre mise beaucoup sur cette consultation afin de faire aboutir sa réforme de l’école puisqu’elle a invité les encadreurs et les enseignants à contribuer à ce dossier afin de dégager des recommandations pour la rentrée scolaire 2017-2018.
Mme Benghebrit a expliqué que cette consultation portera sur «l’examen approfondi de certains dossiers, notamment celui du rythme scolaire», mais aussi sur le concept de «la bonne gouvernance». Sur un autre registre, la ministre a anticipé sur une éventuelle résistance des syndicats autonomes de son secteur puisqu’elle a enjoint aux directeurs locaux de l’Education à prendre langue avec les partenaires sociaux.
«L’échéance d’avril 2017 est un peu loin. D’ici là, tout le département peut être changé. La gestion du système éducatif algérien se fait de jour en jour et il n’y a pas de perspectives lointaines pour ce département», opine Nabil Ferguenis, chargé de communication de la Fédération éducation du Snapap, tout en critiquant que «la ministre ait reculé sur certaines de ses décisions» comme celles relatives à la réforme du bac et l’allongement de la période des vacances d’hiver.
Cependant, notre interlocuteur considère que «cette rencontre permettra sans doute de trouver des solutions adéquates à la situation que traverse l’Ecole algérienne». Aussi, notre interlocuteur remet sur le tapis que la tutelle doit associer les syndicats autonomes à la gestion de l’école. Par ailleurs, l’Intersyndicale a décidé de surseoir à son mouvement de protestation antiréforme du régime de retraite. «Pour le moment, nous avons gelé l’action d’aujourd’hui (marche des communaux à Tazmalt (Béjaïa) prévue hier mercredi, ndlr) vu la situation qui prévaut à Béjaïa», a assuré notre syndicaliste. Aussi, les syndicats autonomes de l’Intersyndicale décideront des suites à donner à leur mouvement de protestation lors d’une rencontre prévue samedi prochain à Alger.