PAR MILINA KOUACI
Le ministère de l’Education nationale devrait organiser avant la fin de l’année en cours, un concours de recrutement des enseignants des trois cycles d’enseignement. C’est ce qu’a indiqué Boudjemâa Chihoub, président de l’Organisation nationale des professeurs de l’éducation en citant le directeur de cabinet du ministère de tutelle.
Afin de couvrir le déficit d’encadreurs dans le secteur, le ministère de l’Education organisera en décembre prochain un concours pour le recrutement des enseignants sur titre dans les trois cycles.
Boudjemâa Chihoub avait annoncé, à l’issue d’une rencontre bilatérale qu’il a eue en février dernier avec le ministre de l’Education, Abdelhakim Belabed, l’organisation d’un concours de recrutement externe, mais sans livrer plus de détails. Une information confirmée dimanche dernier par le chef de cabinet du ministère de l’Education. Le concours devrait avoir lieu au plus tard avant la fin de l’année en cours. Depuis le gel des concours en raison de la propagation de coronavirus, la tutelle a eu recours exceptionnellement et à deux reprises aux listes d’attente du concours de 2017/2018, grâce à l’autorisation exceptionnelle de la direction générale de la Fonction publique. Mais, il est impossible de prolonger l’exploitation des listes de réserves pour le recrutement cette année.
Selon des syndicats, le secteur fait face à un déficit d’enseignants. Dans le cycle primaire, il est estimé à 10 % et il est encore plus important dans les cycles moyen et secondaire. Le partenaire social plaide depuis quelques années pour l’organisation d’un concours de recrutement externe pour l’accès aux différents grades de l’enseignement et pour garantir l’encadrement pédagogique dans les trois cycles.
Certains proposent d’intégrer les enseignants contractuels, dont le nombre avoisine les 18 000 enseignants pour résoudre ce problème de manque d’enseignants. La Coordination des enseignants contractuels réclame l’intégration directe dans les postes vacants sans passer par un concours de recrutement alors que le ministère a écarté toute possibilité de recrutement direct des enseignants contractuels ou remplaçants à des postes permanents sans le passage par un concours.
Le ministre de tutelle a expliqué que le recrutement de cette catégorie se fait conformément aux dispositions de l’article 80 de l’Ordonnance 06-03 du 15 juin 2006 portant statut particulier général de la Fonction publique, ainsi qu’à l’article 22 qui stipule que l’employé contractuel n’a pas le droit d’avoir le statut de fonctionnaire ni le droit de s’intégrer parmi les différentes catégories de la Fonction publique sans le passage par un concours de recrutement.