La ministre de l’Education nationale Nouria Benghebrit a annoncé, dans un entretien accordé à la revue Arabies, que l’examen du baccalauréat sera clarifié.

«Cette année, le bac verra (…) une plus grande clarification au niveau des sujets et des attendus. Une circulaire en rapport est déjà sur le terrain, afin que les élèves puissent être informés suffisamment tôt », a expliqué la ministre.
Aussi afin d’éviter que le scénario de l’an passé ne se reproduise, la ministre a souligné que les mesures antifraude prises cette année sont d’ordre technique, organisationnel, pédagogique et sécuritaire. Une campagne de sensibilisation au profit des élèves sera bientôt menée par le département de Benghebrit concernant les sanctions prévues en cas de flagrant délit de tricherie. Désormais, les élèves fraudeurs risquent cinq ans d’exclusion de l’examen pour les scolarisés et dix ans pour les non scolarisés, a fait savoir la ministre. La responsable du secteur de l’éducation est également revenue sur la réforme du baccalauréat. «Au-delà de ces mesures, l’importance de cet examen nous recommande, tant au niveau du contenu des sujets que la préservation de sa valeur pédagogique, en tant qu’examen sanctionnant le cycle secondaire et ouvrant la voie aux études universitaires, qu’au niveau du mode organisationnel, de réformer complètement cet examen », a-t-elle précisé, faisant état d’une feuille de route sur la réforme du bac à l’échéance 2022.
S’agissant des problèmes socioprofessionnels des enseignants et travailleurs du secteur de l’éducation, la ministre a indiqué que le suivi et l’accompagnement à l’échelle des wilayas, par les directeurs de l’éducation, « a permis de résoudre près de 80% » des problèmes, se réjouissant en conséquence de l’instauration d’un « climat de confiance » qui a permis la signature, avec la presque totalité des partenaires sociaux, de la charte d’éthique du secteur de l’éducation. En outre, Benghebrit a annoncé le lancement, dès le mois de janvier 2017, d’une stratégie nationale de remédiation pédagogique, ajoutant que les enseignants, de tous les paliers scolaires, peuvent organiser, en fin d’année, des examens de rattrapage au profit de tous les élèves ayant obtenu une moyenne annuelle entre 9 et 9,99/20, afin de réduire les taux de déperdition.

Les inscriptions pour les élèves des classes d’examen ouverte sur internet
Par ailleurs, l’Office national des examens et concours a annoncé, hier, la réouverture des sites Internet consacrés aux inscriptions aux examens du baccalauréat, du BEM et de la 5e année primaire en invitant l’ensemble des élèves à confirmer leur inscription. Cette action a été initiée afin de permettre une meilleure collecte des informations relatives aux candidats des différents examens et de limiter les erreurs.
Les sites http//:cinq.onec.dz, http//:bac.onec.dz et http//:bem.onec.dz seront ouvert jusqu’au 15 février. L’Onec a indiqué que pour toute erreur effectuée lors de ces réinscriptions, les élèves devront adresser une lettre à l’office avant le 26 février 2017.
Les candidats libres aux examens du baccalauréat et du BEM sont également concernés par cette mesure. Ces candidats devront par ailleurs passer l’épreuve d’éducation physique et sportive du 16 mars au 1er avril 2017.