«Une école de qualité ne se décrète pas, elle se construit, et de préférence avec les partenaires sociaux et les parents d’élèves.» Ce sont les mots du conseiller Mohamed Chaïb Draâ El-Thani, conseiller de la ministre de l’Education nationale, qui s’exprimait hier sur les ondes de la Radio nationale sur la normalisation du nouveau calendrier scolaire de 36 semaines d’études par an – instauré pour la rentrée 2017-2018.

Un calendrier qui, s’il répond certes à la volonté de passer aux normes internationales de 36 semaines d’études par an, comme le justifie M. Chaïb Draâ El-Thani, a été tout de même émaillé de mouvements de grève. Avons-nous pour autant une école de qualité ? Là, M. Chaïb Draâ El-Thani répond, en toute honnêteté : «L’Ecole algérienne s’améliore mais elle n’est pas arrivée à nos aspirations.» Et de rassurer : «L’Ecole algérienne de qualité arrivera… un jour !» En attendant, c’est la mobilisation générale à l’Education nationale pour gérer plus de 2 millions de candidats aux examens de fin d’année. Ils seront précisément 2 107 125. Pour le cycle primaire, 797 812 élèves, une augmentation de 4,8% par rapport à l’année dernière, 595 865 candidats pour le Brevet d’enseignement moyen (BEM), en hausse de 5,9% et, 709 448 pour le baccalauréat qui, lui, enregistre une baisse de 7,3% par rapport à l’année précédente. Tous ces candidats seront encadrés et surveillés par 637 780 enseignants et fonctionnaires administratifs, dans les 18 302 centres qui accueilleront les épreuves. Enfin, le même responsable a précisé que «190 centres de correction sont prévus pour ces échéances, et le ministère a mobilisé 95 632 enseignants correcteurs et fonctionnaires administratifs». Quant aux dates des résultats, à plus ou moins 24 heures, ce sera le 6 juin pour les résultats de l’examen de cinquième, le 18 juin pour ceux du BEM et le 22 juillet pour le bac. M. Chaïb Draâ a également indiqué que «les mêmes dispositifs entrepris l’année dernière sont prévus pour cette année. Tout est fin prêt sur les plans matériel et humain pour que ces examens se déroulent dans les meilleures conditions». Pas un mot en revanche sur les dispositions «anti-triche» qui seront prises et si, cette année encore, Internet en fera les frais. Sur un autre plan, celui du recrutement, il a indiqué que l’Education nationale a ouvert « 8 594 postes budgétaires qui concernent 7 grades, dont 3 378 celui de professeur d’enseignement primaire d’arabe, de français et de tamazight, les 6 autres grades concernent le domaine administratif avec 5 216. Le concours de recrutement est prévu le 12 juin prochain, sachant que les inscriptions ont commencé le 2 mai via le site Internet de l’Onec. Ainsi, «337 000 candidats sont inscrits à ce jour, parmi lesquels figurent 260 000 pour l’examen au grade d’enseignant du cycle primaire». Il ajoute que le reste concerne les autres grades, à savoir ceux de conseiller d’orientation scolaire et de guidance professionnelle, sous-intendant, intendant, superviseur d’éducation et laborantin. Il a assuré, également, que toutes les mesures étaient prises pour la réussite de ces concours, dont les résultats devraient être rendus publics «vers le 11 ou 12 juillet». R. B.