Alors que les syndicats du secteur de l’éducation ont déploré les moyennes « catastrophiques » des élèves, lors de ce premier trimestre de l’année scolaire 2018/2019, le ministère de l’Education nationale a dévoilé, hier, les taux officiels de réussite au niveau des trois paliers.

La responsable de l’évaluation au ministère de l’Education a annoncé, hier, que 81 % des élèves scolarisés au primaire ont pu décrocher la moyenne pour ce premier trimestre, soit plus des trois-quarts des élèves scolarisés. Les résultats sont moins brillants au cycle moyen, où 61% des élèves seulement ont décroché la moyenne, et 63% au cycle secondaire et un peu moins pour les élèves en classe de terminale.

Concernant les matières enseignées, le ministère a indiqué que près des trois-quarts des élèves scolarisés en cycle primaire ont eu la moyenne dans les trois matières, avec plus de 75% pour l’arabe, plus de 66% pour le français et plus de 70% en mathématiques. Dans ce sillage, la responsable a annoncé une hausse de quatre (4) points dans les résultats obtenus dans les classes de 5e année primaire. «Une donnée qui prévoit de bons résultats à l’examen de fin de primaire», a-t-elle indiqué. Dans le cycle moyen, c’est la langue arabe qui l’emporte avec près de 70% d’élèves ayant obtenu la moyenne, contre 40% pour les mathématiques et 55% pour les langues étrangères.
Concernant le cycle secondaire, la tutelle a indiqué que 60% des élèves de 1re année ont décroché la moyenne pour ce premier trimestre, en classes de 2e année , deux tiers des élèves des classes de lettres, philosophie, sciences, gestion et économie ont décroché la moyenne contre trois-quarts des élèves pour les classes de langues étrangères et technique.
La palme d’or revient aux classes de mathématiques, où plus de 82% des élèves ont pu décrocher la moyenne pour ce premier trimestre. Les élèves de terminale, de leur côté, demeurent à la traîne avec deux tiers seulement des élèves de classes de mathématiques qui ont décroché la moyenne contre la moitié des élèves pour le reste des filières, ont indiqué les responsables du ministère.
Ces derniers ont également présenté, hier, à la presse les différents taux de réussite des élèves selon les wilayas, en précisant que dans certaines régions le taux de réussite des élèves de classes primaires a atteint les 90%. Pour le cycle moyen, le taux de réussite se situe entre 60% et 85%, et au cycle secondaire entre 50% et 68%. Ces résultats ont été collectés via la plateforme numérique du ministère de l’Education, à laquelle sont aujourd’hui reliés 27 000 établissements scolaires, soit près de 95% des établissements, a indiqué la directrice de l’évaluation.
Tout en reconnaissant le manque de précision des données dévoilées aux médias, les responsables du ministère de l’Education ont indiqué que ces résultats collectés via la plateforme numérique sont l’unique indicateur du niveau des élèves. Un niveau que la ministre, elle-même, avait qualifié, en début du mois, de «faible».
Pour y remédier, les responsables ont annoncé que les cours de soutien aux élèves seront dispensés dès la première semaine des vacances scolaires.
En jouant la carte de la transparence, le département de Nouria Benghebrit a tenté de faire taire les syndicats du secteur qui avancent, chacun de son côté, des taux de réussite assez faibles, tandis que d’autres ont carrément qualifié le premier trimestre de «catastrophique».
«Les taux que nous avons annoncés sont des taux officiels que nous avons pu obtenir suite à l’analyse des notes des élèves que les directeurs d’établissement mettent sur la plateforme numérique et qui ne sont pas accessibles à tous», a souligné la responsable.
En réponse à une question relative à la prise en charge des enfants atteints d’autisme, elle a indiqué que c’est une «affaire complexe» qui n’est pas «uniquement» du ressort du ministère de l’Education nationale. «Il y a des tentatives de scolarisation des enfants atteints d’autisme, que cela soit au niveau de classes ordinaires ou spéciales, mais cela demeure très complexe et nécessite l’implication de trois départements», a-t-elle précisé.
Concernant la réforme du baccalauréat, les responsables ont annoncé que le nouveau baccalauréat fera son entrée progressivement dès la prochaine rentrée avec la mise en œuvre du contrôle continu. <