Après un trimestre qui s’est déroulé dans la sérénité, les élèves des trois cycles de l’Education partent en vacances à partir d’aujourd’hui. Les écoles rouvrirent les portes le 8 janvier, mais les cours du 2e trimestre risquent d’être perturbés…

PAR MILINA KOUACI
La nouvelle saison a été marquée par de nouvelles mesures organisationnelles et pédagogiques prises par la tutelle, notamment le retour au système d’enseignement habituel, après deux années exceptionnelles marquées par la répartition de groupes pédagogiques en sous-groupes. Une décision qui a engendré un « accroissement du problème de surcharge des classes dans les trois cycles et des classes tournantes dans les établissements d’enseignement moyen et secondaire », indique Chafik Lezreg, secrétaire général du bureau local du Syndicat national autonome des professeurs de l’enseignement primaire (Snapep) de Mostaganem.
« Le retour à la normale, le rythme de construction et de conception de nouveaux établissements ne correspondent pas avec la croissance du nombre d’élèves », estime M. Lezreg. Il prévoit que la surcharge des classes connaîtra une baisse qu’à partir de la prochaine rentrée scolaire, sachant que le ministre du secteur a affirmé que la surcharge des classes n’est que relative dans des endroits précis et n’a pas la gravité dont on parle. Tous les établissements concernés avaient été recensés et le « dossier a été réglé avec le concours d’autres secteurs et sous la supervision des walis ».
Dans un autre volet, le syndicaliste estime que le stabilité du secteur dépend des conclusions de la commission chargée d’élaborer le statut particulier des corps spécifiques de l’éducation.
« Les syndicats ont temporisé en attendant de prendre connaissance des conclusions de la commission en charge du statut particulier », dit le syndicaliste. « On ne peut se mobiliser sans qu’on prenne connaissance de la mouture finale de la commission chargée du dossier », rappelant que le Président a exigé d’ouvrir ce dossier pour améliorer la situation socioprofessionnelle des travailleurs du secteur, notamment, les enseignants. Ce texte de loi devait être soumis au ministère avant la fin du mois courant.
« Si les syndicats jugent que la mouture est décevante, le secteur connaîtra inéluctablement des perturbations », avertit M. Lezreg. Il explique que des syndicats se sont constitués dans des intersyndicales qui ont « explicitement » mis en garde des tentatives de porter atteinte aux acquis ou de maintenir les failles contenues dans la loi en vigueur. Le syndicaliste demande à la tutelle, de soumettre une copie du projet de loi aux syndicats avant de le soumettre à la commission ad hoc du gouvernement.
Résultats satisfaisants dans le primaire, peu probants dans les cycles moyen et secondaire
Par ailleurs, les parents d’élèves peuvent récupérer les bulletins scolaires de leurs enfants au niveau des écoles à partir d’aujourd’hui. Ils ont la possibilité depuis hier de consulter les résultats des examens du 1er trimestre sur la plateforme numérique qui leur est dédiée tharwa.education.gov.dz
Selon des échos parvenus des enseignants, les résultats sont meilleurs que l’année passée dans le cycle primaire. Ils renvoient cette amélioration au retour à la normale et l’augmentation du volume horaire des cours dispensés aux élèves, contrairement aux deux dernières années, où le volume horaire l’élève a été réduit à 10 heures par semaine en raison de la répartition de groupe.
Contrairement au cycle primaire, les résultats sont jugés en dessous des attentes dans les cycles moyen et secondaire. Des échos font état d’une baisse considérable des notes de mathématiques, de sciences naturelles et physique. « Un problème de maîtrise des matières essentielles », selon des enseignants. Les parents d’élèves estiment, pour leur part, que les résultats de chaque premier trimestre sont moyens. Le rendement et la performance des élèves s’améliorent aux 2e et 3e trimestres. Toutefois, des syndicalistes estiment que les notes ne sont pas illustratives du véritable niveau des élèves. n