Les conseillers d’orientation et de guidance scolaire et professionnelle (Cogs), affiliés à l’Union nationale des personnels de l’éducation et de la formation (Unpef), ont décidé d’observer une journée de grève nationale, demain, pour dénoncer la «marginalisation» que subit leur corporation, indique l’Unpef dans un communiqué, précisant que cette action sera suivie de sit-in régionaux devant les directions de l’Education nationale.

Pour rappel, les intendants de l’Education ont, eux aussi, annoncé une grève qui débutera demain pour se poursuivre jusqu’au 29 avril. A travers cette journée de protestation par voie de débrayage, les Cogs visent à interpeller le ministère de tutelle et à sensibiliser ses responsables sur «l’inégalité et la discrimination» dont ils sont victimes par rapport à leurs collègues du secteur. C’est pourquoi, ils exigent la création d’un «statut particulier» dans l’espoir de pouvoir, eux aussi, accéder à des grades supérieurs en tant que «conseiller d’excellence, inspecteur d’orientation et de guidance scolaire et professionnelle, ou encore inspecteur d’Education nationale d’orientation et de guidance scolaire et professionnelle», explique l’Unpef.
Or, le statut qui régit actuellement cette profession «bloque l’accès à toute opportunité d’évolution et de promotion aux grades supérieurs et autres postes de responsabilité, contrairement aux autres fonctionnaires du secteur qui disposent d’opportunités pour  prétendre à des grades supérieurs», regrette la même source. Les conseillers d’orientation réclament également les primes de déplacement et d’encadrement, le droit au logement et une loi pour la gestion des centres d’orientation scolaire, ajoute le communiqué.
En décembre dernier, la ministre de l’Education a annoncé l’organisation de sessions d’examens professionnels pour les personnels pédagogiques et administratifs, comme les enseignants, adjoints des services économiques (ASE), et conseillers d’orientation scolaire et professionnelle.