PAR MILINA KOUACI
Les lycées et collèges sont ouverts depuis mercredi pour les révisions en perspective des examens de fin d’année fixés du 6 au 8 juin pour le BEM et du 12 au 15 juin pour le bac. Le ministère de l’Education nationale a demandé aux chefs d’établissement d’ouvrir les écoles pour les candidats des examens officiels afin de leur assurer un accompagnement pédagogique et psychologique. Un calendrier spécial de révision devrait être arrêté.
Les élèves sont censés bénéficier d’une révision collective avec leurs enseignants qui leur garantiront, ainsi, un accompagnement psychologique et pédagogique. Toutefois, à en croire le secrétaire général du Satef, les écoles ne sont pas toutes ouvertes, notamment, les lycées. Si les collèges accueillent les candidats du BEM, ce n’est pas le cas des lycées qui sont désertés pendant l’année scolaire par les élèves de classes terminales. «Les élèves des différents cycles se rabattent depuis quelques années sur les cours particuliers, notamment, les candidats au bac qui ne retournent pas en classe dès la fin du 2e trimestre», dit le secrétaire général du Satef.
Il fait savoir que les candidats s’apprêtent à passer le bac alors que le taux d’exécution du programme n‘a pas atteint les 70%. «La suspension forcée pour cause de pandémie a perturbé le programme. Le taux d’avancement est loin d’être satisfaisant, estime M. Amoura. Les bacheliers arriveront ainsi à l’université avec des pré requis en moins, regrette notre interlocuteur.
Il fait état de la baisse du niveau scolaire, en se référant aux résultats trimestriels. Les élèves arrivent au niveau supérieur avec un faible niveau, en citant en particulier les élèves de 1re AM et de 1re AS. «Ces élèves n’avaient pas le niveau requis pour accéder au cycle supérieur et revoir à la baisse la moyenne d’accès pour les niveaux supérieurs a eu des conséquences néfastes sur l’Ecole algérienne», regrette Boualem Amoura, pour qui la refonte du système éducatif s’impose pour améliorer le niveau de l’école publique d’autant que le taux de réussite aux examens officiels ne reflète pas son niveau.
Les examens de rattrapage pour les trois cycles d’enseignement se dérouleront en juin prochain. Les candidats au baccalauréat, au Brevet d’enseignement moyen (BEM) et ceux de 5e année primaire ne sont pas concernés par cette mesure. Les examens de rattrapage concerneront, en effet, les élèves des trois cycles qui auront obtenu une moyenne entre 4 et 4,99 pour les élèves du cycle primaire notés sur 10 et entre 9 et 9,99 pour les élèves notés sur 20. Les élèves des classes primaires et des lycées seront examinés les 19 et 20 juin alors que ceux du collège passeront l’examen de rattrapage les 27 et 28 du même mois. Les examens de rattrapage sont une «seconde chance» offerte aux élèves pour être admis en classe supérieure, a rappelé, M. Amoura.