PAR MILINA KOUACI
Les travaux du séminaire des groupes spécialisés des matières éducatives au Conseil national des programmes (CNP) ayant pour thème la «révision des programmes à la lumière des exigences de l’évaluation qualitative» prennent fin aujourd’hui. Ce séminaire est considéré comme «la dernière étape de la révision des programmes de l’enseignement obligatoire et de la réécriture des programmes de l’enseignement secondaire», qui est une question «prioritaire pour atteindre les objectifs de la qualité et les délais fixés pour concrétiser le plan d’action du gouvernement issu du programme du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune», a expliqué Abdelhakim Belabed, ministre de l’Education qui a présidé mardi l’ouverture dudit séminaire.
Dernièrement, le ministre a indiqué qu’il sera procédé à une révision intégrale des programmes d’enseignement, avec la participation d’experts et de spécialistes et de toutes les parties concernées, de manière à renforcer les constantes de l’identité nationale. Il a expliqué que le ministère «consacrera le temps qu’il faudra à cette question».
Le ministère de l’Education nationale a installé en novembre 2021 le Conseil national des programmes (CNP) pour émettre des avis et faire des propositions sur toute question relative aux programmes éducatifs à partir de leur conception et leur élaboration jusqu’à leur évaluation. Le ministre a tenu à rappeler l‘importance du CNP dans la mise en œuvre de la politique du secteur de l’Education nationale. Une instance «dotée des ressources humaines nécessaires parmi les compétences dans le domaine de l’Education et d’enseignement et les experts des institutions spécialisées, à l’instar du Haut Conseil Islamique (HCI), du Haut conseil de la langue arabe (HCLA), du Haut-commissariat à l’Amazighité (HCA), du Centre national des études et recherches sur le mouvement national et la révolution du 1er novembre 1954 (CNERMN54), ainsi que des universitaires et des chercheurs dans différents domaines et disciplines scientifiques et groupes spécialisés».
Pour leur part, les syndicats ont constamment appelé à la révision des programmes jugés «chargés», en associant les acteurs du secteur, dont les enseignants pour l’amélioration des programmes et la refonte du système éducatif. Les syndicats proposent de commencer par l’allégement des programmes dans le primaire, la révision des coefficients des matières essentielles pour le passage du cycle moyen au secondaire et la réforme de l’examen du bac.