Invitée sur les ondes de la Radio nationale, la présidente de la Fédération nationale des associations des parents d’élèves, Mme Djamila Khiar, a pointé du doigt la mauvaise gestion de certains établissements scolaires qui souffrent d’un véritable « laisser aller ».

« Lors des dernières intempéries, nous avons constaté que la plupart des chauffages au niveau des écoles n’étaient pas fonctionnels. Après révision, nous avons noté que ces appareils avaient seulement quelques petits problèmes qui auraient pu être facilement réparés pour le bien-être des élèves.
Hélas, cela n’a pas été fait», a déploré Mme Khiar avant d’ajouter que «le problème se pose surtout au niveau des écoles primaires dont la gestion est partagée entre le ministère de l’Education et celui des Collectivités locales. Cette responsabilité partagée a laissé le champ libre à quelques directeurs d’établissement qui considèrent l’école comme une propriété privée et pensent avoir tous les droits ».
« Il existe bel et bien un statut de l’école primaire qui définit les responsabilités de chacun, hélas cela n’est pas appliqué sur le terrain», indique-t-elle. La présidente de la FNPE n’a pas mâché ses mots en accusant les directeurs d’école pour leur refus de collaborer avec le partenaire social qui est l’association des parents d’élèves.
« Les parents d’aujourd’hui ne sont pas comme ceux d’hier. Les parents d’élèves sont très présents et actifs sur le terrain, ce qui n’est pas vu d’un bon œil chez certains directeurs d’école. Ils refusent de collaborer avec nous et nous écartent lors de la prise de décisions qui nous concernent ». Aussi, lors de ce passage radiophonique, elle a dénoncé le non-accès des élèves aux bibliothèques et salles d’informatique qui se trouvent dans les écoles. Cependant, elle a déclaré avoir fait part de l’ensemble des problèmes dont souffrent les écoliers à la ministre de tutelle, dont l’absence de transport, la cantine et le chauffage.
« S’agissant de la cantine, nous avons proposé la création d’une cantine centrale dans chaque commune qui s’occupera de distribuer des repas chauds aux écoles qui ne disposent pas de cantines », a affirmé Mme Khiar.
Concernant, le rattrapage des cours non dispensés lors des intempéries et grèves, Mme Khiar a annoncé que, selon les directives de la ministre, « chaque école devra élaborer son propre programme de rattrapage étant donné que le nombre des cours non dispensés diffère d’un établissement à un autre ». La présidente a aussi posé le problème des enseignants qui partent en formation en pleine année scolaire, en annonçant que la ministre avait promis de prendre les dispositions nécessaires pour le bien des élèves.