PAR MILINA KOUACI
Le ministre de l’Education a fait état de sa satisfaction des conditions dans lesquelles se sont déroulées les épreuves du baccalauréat session juin 2022.
En dépit des tentatives de fraude déjouées aux examens officiels, le ministre de l’Education s’est félicité des conditions dans lesquelles se sont déroulées les épreuves du bac 2022. Lors de la supervision de la sortie de quarantaine du groupe chargé de l’impression des sujets du baccalauréat (session juin 2022), au siège de l’Office national des examens et des concours (Onec) à Kouba, le ministre a souligné que la session 2022 du baccalauréat s’était déroulée dans «d’excellentes conditions».
Cette session, poursuit le premier responsable du secteur, a été marquée par «une baisse significative» des cas de triche grâce aux efforts déployés par tous les appareils de l’Etat dans les centres d’examens à travers le pays. Les pouvoirs publics ont, en effet, pris des mesures pour endiguer ce phénomène. Il s’agit en particulier de l’amendement du code pénal en 2020. Le ministère de la Justice avait introduit un chapitre intitulé «Atteinte à l’intégrité des examens et concours», infligeant des sanctions sévères et frappant d’une main de fer les tricheurs.
Les pouvoirs publics imposent des restrictions d’accès à internet depuis 2017, et ce, dans le but de sécuriser cet examen. Idem pour cette année, puisque l’accès aux réseaux sociaux et messageries instantanées était bloqué à chaque début d’épreuve. La connexion à internet n’est rétablie qu’en fin de journée, soit vers 17 heures. Une mesure censée prévenir et lutter contre d’éventuelles fraudes et fuites des sujets et sécuriser l’examen du bac. En dépit de ces mesures, des dizaines de tentatives de fraude ont été enregistrées aux épreuves du Brevet d’enseignement moyen et une vingtaine de cas à celle du bac.
Dès le premier jour de l’examen du bac, la direction de l’éducation de Djelfa a annoncé, dans un communiqué rendu public, avoir enregistré six cas de fraude. La Cour de Tlemcen a condamné une candidate et écroué trois autres personnes pour tentative de fuite de sujets. A Chlef, des peines d’emprisonnement ont été prononcées pour diffusion de sujet dans des groupes de discussion instantanée «messenger et immo». A Adrar, le tribunal a condamné mardi à deux ans de prison ferme assortis d’une amende de 200 000 DA le dénommé S. F. pour diffusion de réponses du baccalauréat. Des comptes électroniques sur les réseaux sociaux ont été interceptés et localisés après la publication des réponses aux épreuves du Bac, notamment des matières d’anglais (filière lettres et philosophie) et de mathématiques (filière sciences expérimentales).
Lors des épreuves du BEM, des peines ont été infligées aux personnes impliquées et identifiées par les services compétents des brigades de lutte contre la cybercriminalité. Des auteurs de fraude ont été arrêtés, déférés à la Justice et condamnés dans différentes wilayas, à l’image de Biskra, Chlef, el Mghayer et el Oued dont un député et un vice-chef de brigade.
Les tentatives de fraude et les coupures internet ont relancé cette année le débat sur la réforme et la réorganisation de l’examen du bac. Les syndicats de l’éducation plaident entre autres pour la prise en compte des résultats des 2e et 3e années secondaires et la réduction des jours des épreuves de 5 à 3.

Les résultats reflèteront les efforts du ministère
Les résultats des examens scolaires nationaux seront annoncés aux dates fixées, a indiqué le ministre. Les résultats du Bac 2022 seraient annoncés «au cours de la troisième semaine ou au début de la dernière semaine du mois de juillet, et ceux du Brevet d’enseignement moyen (BEM) à la fin du mois courant».
Interrogé sur ses prévisions pour le taux national de réussite au baccalauréat, le ministre a indiqué qu’il «n’est pas possible de formuler des prévisions concernant le taux de réussite», celui-ci étant «lié à plusieurs paramètres», dont notamment «la maîtrise des conditions de scolarisation, la finalisation des programmes et l’organisation de l’épreuve». Les résultats «reflèteront les efforts déployés par le ministère et l’Etat algérien», a-t-il rassuré.
Pour rappel, 743 509 candidats se sont présentés à l’examen du bac et 738 866 au BEM.