Le plan d’urgence mis en œuvre par le ministère de l’Education nationale, en optant pour l’enseignement à distance des cours du troisième trimestre, pour pallier l’impossibilité d’une reprise à cause du coronavirus, ne satisfait pas le Conseil des lycées d’Algérie (CLA) qui émet des réserves.

L’organisation syndicale s’est exprimée sur la recette privilégiée par la tutelle reprochant ainsi à cette dernière un déficit de «prospectives et d’alternatives». «Le ministère de l’Education manque d’études prospectives et d’alternatives à même de lui permettre de pouvoir gérer les crises et mettre à profit le développement technologique. En tant qu’institution éducative, nous n’étions pas prêts à faire face à une situation pareille», a souligné le CLA dans un communiqué rendu public à l’issue d’une réunion de son bureau national tenue en visioconférence.
Pour le CLA, qui a commémoré il y a quelques jours la disparition de son ancien secrétaire général, Idir Achour, décédé l’année passée, «les moyens mis à disposition et le plan proposé concernant le troisième trimestre constituent plus une interaction psychologique avec les élèves qu’un programme de cours interactifs permettant d’acquérir les compétences attendues et de concrétiser le principe de l’égalité des chances au sein de l’Ecole publique».
Un constat qui sonne comme une désapprobation du CLA du mode d’enseignement mis en place par les autorités publiques pour pouvoir terminer l’année scolaire 2019/20. Cependant, le CLA affiche sa disposition à contribuer avec des propositions en fonction des exigences de la situation, estimant que syndicats et enseignants seront tous «un soutien moral pour les élèves afin de surpasser cette épreuve difficile», «en fonction de l’intérêt de tous les élèves sans exception et des exigences de la situation». Sur un autre volet, le CLA réclame, dans son communiqué, le versement des salaires des enseignants contractuels «afin de leur permettre de faire face aux dépenses inhérentes au confinement».
Avant le CLA, le Conseil national des professeurs de l’enseignement du secteur ternaire (Cnapeste) a adressé à la tutelle une plateforme de propositions dans laquelle il a évoqué les priorités devant marquer le déroulement du 3e trimestre de l’année en cours.
Le Cnapeste a parlé, dans ce sens, d’un accompagnement pluriel pour les élèves. Il s’agit d’accompagnement sanitaire, psychologique et pédagogique.