PAR MILINA KOUACI
Le Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur de l’éducation (Cnapeste) a entamé, hier, une grève nationale de deux jours afin d’exiger la concrétisation de ses revendications socioprofessionnelles. Ce qui ressort de ce premier jour de débrayage est que l’adhésion était disparate entre les trois paliers de l’Education nationale. Le premier responsable mise, cependant, sur une adhésion plus importante au deuxième jour de grève.
Messaoud Boudiba, porte-parole du syndicat, a dit avoir enregistré avec satisfaction le « succès » de la première journée de protestation nationale. « C’est une action réussie », dit M. Boudiba, dans une déclaration à Reporters.
Faisant le point sur le taux de suivi de la grève au niveau des trois paliers de l’Education, primaire, moyen et secondaire, notre interlocuteur indique que le plus haut taux de suivi a été enregistré dans le cycle secondaire, tandis que le plus bas a été enregistré dans le cycle primaire.
Dans le cycle secondaire, le taux de suivi se situe entre 60% et 95%, dans le moyen, il oscille entre 30% et 75% tandis que dans le primaire, il se situe entre 10% et 25%.
Notre interlocuteur estime que le taux sera plus conséquent aujourd’hui. « A chaque mouvement de grève, le taux de suivi de grève augmente à partir de la deuxième journée », soutient le porte-parole du Cnapeste qui explique que « l’information sur les actions de protestations ne parviennent pas aux syndicalistes le premier jour de l’arrêt de travail ». D’ailleurs, d’autres enseignants font état d’un suivi mitigé où les établissements du cycle primaire et moyen ont continué à fonctionner normalement.
Au cours du premier jour de grève, les sections locales du syndicat ont tenu des assemblées générales afin d’évaluer le contenu du P-V de réunion tenue avec la tutelle, le 24 octobre dernier, au lendemain du dépôt du préavis de grève.
Des procès-verbaux doivent être dressés pour mentionner les conclusions de ces évaluations et les décisions autour du maintien ou non de la grève cyclique en cours. Dans le prolongement de ses AG, le conseil de wilaya se réunira aujourd’hui pour faire la synthèse des décisions des sections locales et dégager la proposition de la wilaya sur la question.
Vendredi et samedi prochains, le syndicat tiendra une session extraordinaire afin de décider quelle suite donner à son mouvement de grève. Le syndicat revendique « un dialogue sérieux, garant de la stabilité du secteur et responsable de manière à prendre en charge les préoccupations soulevées par la corporation ». Le Cnapeste exige une revalorisation des salaires et du point indiciaire pour une meilleure situation sociale. Il demande également « d’accorder une priorité au dossier du logement ». Le syndicat réclame l’ouverture de nouveaux postes budgétaires pour mettre fin à la pression exercée sur le personnel enseignant, qui dispense, au quotidien, un volume horaire important.
La publication des textes d’applications du décret présidentiel 266-14 avec effet rétroactif depuis sa délivrance en 2014 ainsi que l’augmentation du budget de fonctionnement des écoles pour une meilleure gestion. Ils défendent le droit des travailleurs à une retraite proportionnelle et sans condition d’âge et exigent la révision des salaires et des primes des enseignants et du personnel de l’Education.