Synthèse MILINA KOUACI
A dix jours de la rentrée scolaire, seuls 8,5 % du personnel de l’Education nationale sont vaccinés contre le coronavirus.
Sur un effectif de 740 000 employés, 62 000 ont reçu, jusqu’à jeudi dernier, le vaccin contre le Coronavirus. C’est ce qu’a révélé Abdelouahab Khoulalène, directeur de soutien aux activités culturelles et sportives et à l’action sociale au ministère de l’Education nationale.
Ce dernier a fait part du grand soulagement de la tutelle quant à l’adhésion du personnel du secteur à l’opération de vaccination, entamée le 22 août passé, affirmant que cette opération «a touché jusqu’à mercredi 62 000 personnes, soit un taux de 8,5%. Elle se poursuivra de façon sensible avec la reprise des travailleurs, des fonctionnaires et des enseignants du secteur ces jours-ci, en prévision de la rentrée scolaire prévue le 21 septembre courant».
Le même responsable a ajouté que le ministère de l’Education affirme dans ce domaine que l’opération de vaccination est «optionnelle», mais se fie, toutefois, «au sens des responsabilités des fonctionnaires de la santé de chacun, y compris les élèves». M. Khoulalene a également fait part du vœu de la tutelle de vacciner tout le personnel et de généraliser l’opération à travers tout le territoire national, dans le but «d’assurer une rentrée scolaire sûre, avec nécessité de respecter toutes les mesures préventives qui protègent de la propagation du Coronavirus, conformément au protocole sanitaire propre au secteur».
Le directeur de soutien aux activités culturelles rappelle que la cartographie de la vaccination du secteur, élaborée en coordination avec le ministère de la Santé, comprend les 1 433 unités de dépistage existantes au niveau national, 41 centres de médecine du travail et 16 centres médicaux des œuvres sociales des travailleurs de l’Education.
Pour rappel, le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, a affirmé il y a quelques jours que l’opération de vaccination du personnel du secteur «avait atteint un taux acceptable, même si les travailleurs étaient en congé», relevant l’importance «de l’élaboration d’un recensement précis des vaccinés et de réunir les conditions idoines pour une rentrée scolaire sûre et sereine.
Par ailleurs et afin d’atteindre l’immunité collective, la campagne de vaccination sera bientôt élargie aux élèves âgés entre 12 et 18 ans. Le comité scientifique a convenu d’élargir la campagne de vaccination aux enfants âgés de plus de 12 ans, qui recevront des vaccins anti-covid. Les élèves dans les deux paliers (moyen et secondaire) sont estimés à 5 millions, dont 3 millions du cycle moyen.
La campagne de vaccination des enfants entre 12 et 18 ans devrait débuter en octobre prochain. Le Comité scientifique chargé du suivi de coronavirus en Algérie a pris cette décision après une longue étude de la question par les spécialistes, a annoncé Lyes Akhamouk, membre dudit comité scientifique.

Vaccination aux 12 – 18 ANS, les parents attendent d’en savoir plus
En fonction des nouvelles données scientifiques, le Dr. Akhamouk a affirmé que le Comité scientifique a fini par proposer de vacciner les enfants, sans préciser pour autant quel type de vaccin sera administré à cette catégorie.
Les parents d’élèves expriment, pour leur part, leur «confiance» envers l’Etat et le ministère de la Santé. Le président de l’Organisation nationale des parents d’élèves (ONPE) estime, en effet, que le Comité scientifique prendra des décisions «judicieuses» pour la protection des enfants de plus de 12 ans, en particulier si l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de faire vacciner cette catégorie. «Le comité scientifique dispose de compétences qui sauront prendre la bonne décision», dit M. Benzina, en attendant que l’autorité sanitaire ou le comité scientifique s’expriment officiellement et publient un communiqué dans ce sens. «Si le vaccin est jugé utile et bénéfique pour les enfants de plus de 12 ans, pourquoi ne pas le faire ?», a ajouté le président de l’ONPE. Comme pour le personnel du secteur, le vaccin sera optionnel, mais conditionné par l’approbation des parents d’élèves.
Notre interlocuteur s’interroge dans un autre volet sur la manière de l’organisation de la vaccination au profit des élèves et l’objectif tracé par l’autorité sanitaire.
La rentrée scolaire interviendra dans quelques jours et l’opération de vaccination débutera au cours du mois d’octobre.
Pour rappel, le ministre de l’Education a indiqué que le pays ne déroge pas des recommandations de l’Organisation mondiale de la santé. Cette institution recommande, en effet, la vaccination des personnes de plus de 18 ans, les enseignants et autres membres du personnel scolaire en tant que groupe cible des plans de vaccination. Il a appelé, également, le personnel du secteur à se faire vacciner «massivement» afin de se protéger des contaminations à la Covid-19. L’enjeu est d’augmenter la couverture vaccinale pour s’approcher de l’immunité collective, protéger les élèves et limiter la diffusion du coronavirus dans le milieu scolaire.