Le directeur du Centre de développement des technologies avancées (CDTA), Dr. Yassine Djeridane, qui intervenait jeudi dernier sur les ondes de la Chaîne III de la Radio nationale, a rappelé « l’intérêt et l’urgence » de l’Algérie à s’assurer la maîtrise de l’économie numérique pour « hâter son développement ».

« Continuer à ramener des équipements de dernier cri, clés en main, ne contribue en rien à maîtriser les nouvelles technologies, surtout si l’on ne possède pas les programmes de développement interne pour en maîtriser le parfait usage », a-t-il dit plus explicite. Il s’est, à propos, référé à l’expérience réalisée en collaboration avec Air Algérie, qui dispose d’une plateforme de e-maintenance, créé par le CDTA, évitant ainsi à la compagnie aérienne de faire, à chaque fois, appel à des experts étrangers pour situer des pannes pouvant survenir sur ses aéronefs. « Avec cette technologie, nous pouvons, à travers une tablette connectée, orienter et diriger un technicien pour identifier une éventuelle panne sur un appareil se trouvant dans n’importe quel endroit du monde », a-t-il dit.
Pour Dr. Yassine Djeridane le CDTA est « l’un des fleurons de l’Algérie en termes de recherche », qui après avoir focalisé sur la recherche « pure », s’oriente désormais à résoudre des problématiques réelles, citant à titre d’exemple l’application de techniques biométriques au bénéfice de la DGSN ou bien l’introduction de la télémédecine avec l’ANP. Pour appliquer les résultats de leurs travaux, les chercheurs du centre sont, à ses dires, de plus en plus, encouragés à rechercher des partenaires socioéconomiques et à se plier à leurs exigences pour mettre au point des procédés de production. Il a reconnu, cependant, que cette démarche n’est pas aisée, en raison des réticences affichées par des interlocuteurs approchés. Le même responsable a annoncé, d’autre part, que le CDTA a récemment lancé un incubateur de starts-up dont l’une s’est spécialisée en sécurité routière, en mettant au point un système d’alarme automatique à l’usage des automobilistes accidentés, pouvant automatiquement entrer en contact avec les services de gendarmerie. Le second système, également créé par des chercheurs du centre, permet, d’éviter, par le biais d’une plateforme Web, que des camions transportant des marchandises ne reviennent vides à leur point de départ, ce qui permet de réduire les trafics et les dépenses qu’ils entraînent. En matière de gestion de ressources humaines en Algérie, Dr. Yassine Djeridane a relevé le nombre important d’étudiants bénéficiant d’une formation, constatant, cependant, que le problème réside dans l’ajustement de cette dernière afin que les élites formées soient opérationnelles pour que l’on puisse en tirer profit.