PAR MILINA KOUACI
Grève et protestations marquent la reprise des cours dans les Ecoles normales supérieures (ENS). Les étudiants réclament la mise en place d’une plateforme numérique sur laquelle seront notifiés les postes vacants au niveau de toutes les wilayas afin de bannir les «manipulations dans le recrutement».
L’année universitaire des écoles normales supérieures risque d’être perturbée en dépit des assurances du ministère de l’Education et du président de la République sur la priorité des diplômés dans le recrutement dans le secteur..
A l’ENS de Laghouat, les étudiants ont observé hier, une grève et un rassemblement au cours de la matinée. Aujourd’hui, les représentants des étudiants de l’ENS de Skikda ont annoncé avoir opté pour une grève ouverte jusqu’à satisfaction de leur revendication. Le ministre de l’Education Abdelhakim Belabed a insisté à maintes reprises sur la priorité absolue de recruter les diplômés des ENS, mais les protestataires demandent à la tutelle de mettre en place une plateforme numérique, sur laquelle seront notifiés les postes vacants au niveau de toutes les wilayas.
Les diplômés des ENS, notamment, ceux qui travaillent par détachement, dénoncent des «manipulations» au niveau des directions de l’Education ; ce qui les prive de rejoindre leurs postes et les paliers pour lesquels ils ont été formés.
Une revendication portée également par la Coordination des représentants des étudiants des ENS. Elle conditionne la reprise des cours par la satisfaction de ses revendications. La Coordination exige de régler la situation des enseignants qui travaillent par détachement en les intégrant dans les cycles pour lesquels ils ont été formés et de communiquer le nombre de postes réservés aux sortants des ENS.
Pour rappel, cette crise est née de la décision du président de la République lors du Conseil des ministres tenu le 11 décembre dernier de titulariser près de 60 000 enseignants contractuels de l’éducation. Le lendemain, 11 établissements sont entrés en grève pour exprimer leurs préoccupations quant à leur avenir et à la «diminution de chances de recrutement».
Suite à cette grève, le ministre de l’Education a rassuré les étudiants et le président de la République Abdelmadjid Tebboune s’est engagé à garantir un emploi à tout diplômé des ENS, soulignant l’intérêt particulier qu’il accorde à l’Education. Il a précisé que l’Ecole, contrairement à l’Université, garantit de facto un poste de travail à ses diplômés, affirmant ainsi qu’il n’a jamais été question de refuser de recruter les diplômés des ENS et que la décision de titularisation est «officiellement tracée». <