Pas question de fermer les écoles, du moins pour le moment. Dans une déclaration à la radio Chaine 3, le professeur Mohamed Belhocine, président de la Cellule d’investigation et de suivi des enquêtes épidémiologiques déclare qu’ «il n’est pas question de sacrifier l’éducation d’une génération entière d’élèves, simplement parce qu’il y a une flambée épidémique».  

«Il faut continuer à gérer au cas par cas», insiste le professeur, en précisant toutefois, qu’en cas d’évolution de la situation sanitaire qui nécessiterait un confinement général, «l’école serait à ce moment là fermée».

Selon M. Belhocine, l’école doit continuer à dispenser le savoir aux enfants conformément aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui avait exhorté les gouvernements à laisser les écoles ouvertes en veillant à l’application rigoureuse des mesures de prévention.

Rappelant les critères définis pour la gestion des contaminations en milieu scolaires, le professeur appelle à la mobilisation de tous pour faire face à cette pandémie mondiale.