25 enseignants de l’Ecole régionale des beaux-arts (ERBA) de la wilaya de Tipasa ont bénéficié, du 25 au 29 mars, d’une formation de trois jours, organisée sous l’égide du ministère de la Culture, dans la salle de la bibliothèque de lecture publique du chef-lieu de wilaya, apprend-on auprès du directeur.

Athmane Kaddour, directeur de l’école, précise que cette première session pédagogique de formation, organisée en collaboration avec la direction de la culture ainsi que la bibliothèque de lecture publique de Tipasa, s’inscrit dans la continuité du programme lancé en octobre 2016. Des enseignants de l’école, après obtention de leur diplôme, ont demandé l’organisation de cette formation pédagogique pour parfaire leur parcours professionnel et être au diapason des normes pédagogiques de l’enseignement. Le contenu du programme de formation a porté sur les techniques pédagogiques et la maîtrise du cours par l’enseignant, les méthodes d’évaluation d’un programme de formation, la méthodologie de l’enseignement et sur les techniques d’évaluation de l’étudiant. Les conférences, dispensées par des professeurs spécialistes en la matière, ont porté sur des cours théoriques suivis, les après-midi, par des ateliers de réflexion et de discussion. Les enseignants bénéficiaires de cette formation de trois jours, auront ainsi subi une mise à niveau aux normes requises quant à la préparation d’un cours et aux méthodes d’évaluation d’un programme de formation complémentaire, aussi bien théorique que pratique. Les cours sont axés sur l’histoire de l’art, la science de la beauté, l’apprentissage des langues anglaise et française. 25 enseignants, répartis entre permanents et vacataires, ont bénéficié de cette formation qui, de l’aveu de tous, a été très utile.
Au cours des trois ateliers organisés lors de cette session, les participants ont préparé un rapport d’évaluation de fin de formation comportant de nombreuses recommandations.
Cette formation était d’autant plus utile, selon le responsable de l’école, que la majorité des enseignants, qu’ils aient été formés en Algérie ou à l’étranger, ont eu un cursus basé sur la préparation d’une œuvre artistique et non pas pour enseigner et transmettre un savoir d’où la difficulté pour eux d’enseigner. «Nous avons constaté, dira-il, un déficit en méthode pédagogique pour transmettre le savoir d’où l’idée d’organiser ces trois journées pédagogiques de formation continue car il ne suffit pas d’être un artiste doué pour être en mesure de transmettre le savoir qui se base sur une méthodologie et sur des techniques précises à maîtriser qui ne sont pas incluses dans la formation de base.» L’ERBA accueille, à l’heure actuelle, 49 étudiants  venus de plusieurs wilayas. Etant une école régionale centre, elle reçoit des candidats des 5 wilayas limitrophes, à savoir Blida, Médéa, Alger, Aïn Defla et Tipasa. Les deux autres écoles des beaux-arts les plus proches de la partie Centre sont, à l’Ouest, celle de Mostaganem et, à l’Est, celle de Tizi Ouzou.n