Le nombre de cartes interbancaires en circulation a augmenté de 20% au terme de l’année 2021 par rapport à 2020, pour atteindre 11,6 millions de cartes, a indiqué le Groupement d’intérêt économique de la monétique dans son dernier bilan annuel. Le nombre de cartes interbancaires émises au 31 décembre 2021 a connu une hausse de l’ordre de 1.988.607 cartes supplémentaires par rapport à la même période de l’année précédente, soit une hausse de 20,67%, selon le GIE Monétique.

Ce nombre est, ainsi, passé de 9.621.017 en 2020 à 11.609.624 cartes, tous types confondus, en circulation à la fin de l’année dernière. Ces cartes sont réparties entre le parc des banques évalué à 2.768.285 cartes, ce qui représente 24% du nombre global des cartes en circulation, contre 8.841.339 cartes Edahabia émises par Algérie Poste avec un ratio de 76% du parc existant.

L’ensemble des cartes en circulation représente 40% du nombre des comptes courants ouverts auprès des banques et d’Algérie Poste estimé par le GIE Monétique à 29.127.921 comptes.

Selon le même bilan, 10.248.097 des cartes en circulation bénéficient du service du paiement par internet, dont 94% fonctionnent avec un mot de passe dynamique (OTP), un système “plus sécurisé”, précise GIE Monétique qui explique que les 6% des cartes qui fonctionnent encore avec un mot de passe statique (586.804 cartes) le font toujours “pour des raisons de mise à jour des numéros de téléphone, nécessaire pour l’OTP”.

S’agissant des perspectives du développement du nombre des cartes interbancaires, le GIE Monétique estime qu'”une marge de progression est possible”.

Ainsi, le groupement table sur 5 millions de cartes en plus par rapport à 2021, durant les prochaines années. Le nombre globale des cartes interbancaires devraient dépasser les 16 millions à l’horizon 2024, dont 13 millions de cartes Edahabia, d’après les prévisions du GIE Monétique.

Le paiement par internet en deçà des capacités engagées

Le bilan a fait étét, par ailleurs, d’une croissance annuelle remarquable pour le paiement par internet qui a atteint 70,25 % par rapport à 2020 en matière de nombre de transactions et 106,07% en matière de valeur des transactions.

Cependant, le GIE Monétique précise que ces chiffres restent “en deçà des moyens et des capacités engagés dans le domaine du paiement par internet par les acteurs de la place monétique interbancaire”.

Le groupement citera dans son rapport les actions engagées en 2021, en collaboration avec l’ensemble des acteurs impliqués dans ce domaine, visant “la massification” du paiement par internet, à travers notamment l’allégement des procédures d’intégration de la plateforme de paiement sur internet, l’ouverture de l’activité aux développeurs et start-up, l’intégration de marketplaces, mais aussi la multiplication des compagnes de communication a destination des clients et des commerçants.

L’augmentation du nombre de cartes interbancaires en circulation a été accompagnée par une hausse des transactions effectuées sur les distributeurs automatiques de billets (ATM) de 50,14% en 2021 avec 87,7 millions de transactions enregistrées d’un montant de l’ordre de 1.728,9 milliards de dinars (+61,13%).

Ce hausse a été réalisé en dépit de la stagnation du parc des ATM (3.053 appareils installés en 2020 contre 3.030 appareils en 2020). Le GIE Monétique justifie “en partie” cette augmentation des transactions par “un changement de comportement des porteurs de cartes algériens” qui optent davantage pour des retraits sur ATM au détriment des retraits à partir des guichets de postes ou de banques “particulièrement après le lancement de l’interopérabilité et le début de la pandémie de la Covid-19”.

Quant aux transactions électroniques effectuées par des Terminaux de paiement électroniques (TPE), elles ont enregistré une hausse de 202,14%, en passant de 711.777 transactions en 2020 à 2.150.529 en 2021. Le montant de ces transactions a augmenté de 219,26% pour attendre 15,12 milliards de dinars en 2021 (contre 4,73 milliards de dinars en 2020).

Cela au bénéfice d’une augmentation de l’ordre de 10,64% du nombre de TPE placés auprès des commerçants à travers le réseau des accepteurs, avec un total de 37.561 terminaux contre 33.945 appareils, un an avant. Malgré cela, le GIE Monétique estime que le parc de TPE en Algérie est “largement” inférieur aux besoins réels du marché au vu du nombre des commerçants déclarées et à “une majorité” de la population cible, porteurs de cartes interbancaires.

Ce taux de dotation en TPE est expliqué dans le bilan par “une faible adhésion des commerçants fuyant la traçabilité des transactions effectuées, en plus des prix jugés élevées des TPE, tout comme les frais d’exploitation et de maintenance associés à ce genre de terminaux ou encore le manque de professionnels pour l’installation et la maintenance de ces appareils”.