Selon les indications fournies au lendemain des fêtes de l’Aïd, il apparaît que les grandes villes algériennes et leurs agglomérations ont été très gourmandes en eau. Pour Alger et Tipasa, par exemple, le Directeur général de la Société des eaux et de l’assainissement d’Alger (Seaal), Brice Cabibel, a affirmé que la consommation de l’eau dans la capitale et sa voisine littorale a dépassé 1,6 million de m3 durant la matinée de l’Aïd, dont plus de 1,3 million de m3 à Alger à elle seule. Ce responsable a indiqué que la forte demande en eau a obligé la Seaal à mobiliser 65 000 m3 supplémentaires (+5%) par rapport à l’année dernière.

A Oran, le Directeur général de la Société de l’eau et de l’assainissement (Seor), Benrahma Mohamed, a fait état, aussi, d’une consommation «record» dépassant 1,2 million de m3 dans la wilaya pour la seule matinée de l’Aïd, précisant que la plus forte consommation a été enregistrée à Oran et que globalement la situation était gérable. A Constantine, le Directeur général de la Société de l’eau et de l’assainissement (Seaco), Hireche Hakim, a précisé que l’entreprise a pallié les insuffisances enregistrées l’année dernière, ce qui a permis de mener à bien l’approvisionnement pendant l’Aïd, faisant état d’interventions «immédiates» pour la réparation de certains incidents qui n’ont eu aucun impact sur l’approvisionnement de la population.
De son côté, le Directeur général de l’Office national de l’assainissement (ONA), Abdelkader Rezzaq, a indiqué que l’Office a tracé un plan spécial Aïd El Adha au niveau national, faisant état d’une hausse significative en volume d’eaux usées. Quelque 941 travailleurs avaient été mobilisés outre 91 gros camions, 23 camions de désinfection, 106 camions et 75 véhicules, ainsi que des engins de travaux, a-t-il ajouté. Les services de l’Office ont effectué 542 interventions au niveau des réseaux d’assainissement et participé, dans plusieurs wilayas, à des opérations de désinfection et de nettoyage dans les quartiers après l’abattage des bêtes du sacrifice, afin d’enrayer la propagation du Coronavirus. Pour ce qui concerne les perturbations subies dans certaines communes des wilayas d’Alger et Tipasa durant la matinée du premier jour de l’Aïd, le Directeur général de la Seaal a relevé une consommation «record dépassant les capacités disponibles». Il a déploré des phénomènes de gaspillage comme le lavage des voitures. S’agissant de l’arrêt de la station de dessalement d’eau de mer de Fouka, M. Cabibel a fait état d’une panne électrique qui a été réparée dans la journée même. Le ministère des Ressources en eau a annoncé de son côté avoir déposé plainte auprès des services de sécurité pour l’ouverture d’une enquête, afin de déterminer les responsabilités. «La station de Fouka enregistre fréquemment des incidents induisant parfois son arrêt total, comme cela a été le cas en 2019. Plus d’une fois, ces arrêts inexpliqués sont intervenus à la veille de rendez-vous importants pour notre peuple», note la même source, soulignant que le ministre des Ressources en eau, Arezki Berraki, «ne peut tolérer ce genre de situations fortement pénalisantes pour les citoyens».
Dimanche 2 août, le Premier ministre a révélé que les phénomènes liés au manque de liquidité au niveau des bureaux de poste, aux feux de forêt et aux perturbations de l’alimentation en eau potable (AEP), ainsi que les coupures d’électricité enregistrées dans plusieurs régions du pays étaient des «actes prémédités» sur lesquels il y aura une enquête sur instruction du chef de l’Etat. n