Sur les 21 amendements proposés par les députés dans le cadre du PLF 2019, trois ont été adoptés. Les amendements restants ont été refusés ou retirés volontairement par leurs auteurs. Ainsi, la loi de finances pour 2019

a subi trois amendements phare. Lesquels permettront désormais l’affiliation des membres de la communauté algérienne résidant et exerçant à l’étranger au système national des retraites en contrepartie de versement de cotisations en devises. Il s’agit dans les faits d’un nouvel article, en l’occurrence le 47 bis, qui permettra de « contribuer au financement du système de retraite national qui est un système important pour la solidarité entre générations et d’obtenir, en contrepartie, des droits de retraite dans leur pays». Un autre amendement qui se décline tout autant à travers un nouvel article, le 50 bis, consiste quant à lui « à consacrer 1% du revenu des taxes sur les pneus utilisés en Algérie au profit du Fonds national de l’environnement et du littoral pour encourager les opérations de recyclage de ce type de déchets ». Selon les concepteurs de l’article « cet amendement vise à la promotion de l’utilisation des pneus dans l’industrie à travers le développement du tri et de la récupération ainsi que l’établissement de nouvelles activités économiques notamment le recyclage afin de réduire l’impact négatif de ce type de déchets ». S’agissant de l’affectation des revenus de cette taxe, 35% sont affectés au profit des communes, 34% au profit du budget de l’Etat et 30% pour le Fonds spécial de solidarité nationale et 1% pour la Caisse nationale de l’environnement.

L’autre amendement a trait à la reformulation de l’article 35 du projet de loi, relatif au gel, suspension ou interdiction du droit de disposer du foncier avant de fournir des explications sur leur contenu.
Pour rappel, la loi de finances pour 2019 n’a connu en tout et pour tout que 21 amendements proposés par les députés parmi lesquels seuls trois ont été retenus. En effet, les propositions d’amendements ayant été rejetées concernent principalement la taxe sur la fortune pour les propriétaires de plus de 50 millions DA, la réduction des taxes douanières de  6 à 3, la diversification des normes de distribution de la taxe sur l’activité professionnelle et sur les collectivités locales ainsi que l’exonération de la production du sirop de glucose de la taxe sur la valeur ajoutée, outre l’augmentation du revenu d’éligibilité au logement social locatif de  24 000 DA à 36 000 DA.
Il faut rappeler que l’APN a dit non aux propositions d’amendements concernant l’annulation de la cessibilité des logements sociaux par leurs bénéficiaires, ainsi que l’annulation de l’article de la loi de finances 2016 portant ouverture du capital des entreprises publiques à travers le partenariat, l’annulation de la contribution des collectivités locales disposant d’un excédent de revenus dans la solidarité.