L’Organe national de la promotion et de la protection de l’enfance (ONPPE) a reçu, depuis janvier 2020, quelque 2 200 appels sur le numéro vert 11 11, mis à la disposition des citoyens depuis 2018 pour signaler des cas d’atteinte aux droits de l’enfant. Ledit Organe a également traité près d’un million d’appels pour des besoins d’information et de renseignements durant la même période. C’est ce qu’a affirmé sa présidente, la déléguée générale à la promotion et la protection de l’enfance, Mme Meriem Chorfi qui s’exprimait à l’occasion de la célébration de la ratification par l’Algérie de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE). En effet, le 19 décembre 1992, notre pays adhérait à cette convention qui a été adoptée par les Nations unies trois ans auparavant, le 20 novembre 1989.
A cette occasion, elle a affirmé que l’Algérie a réalisé des «pas importants» en ce qui concerne la protection et la promotion de l’enfance et qu’elle a mis en place des politiques qu’il s’agit de «valoriser» et de consolider à l’avenir. Elle a déclaré que l’organe qu’elle préside prépare actuellement un «guide sur les mécanismes de signalement et de traitement» des cas d’atteinte aux droits de l’enfant dans notre pays. Cette déclaration sur le guide date déjà de juillet 2020 mais elle ne s’est pas exprimée sur les raisons de son retard.
La conférencière a ajouté que le même organe va bientôt publier une revue. Il s’agira d’un numéro spécial qui fera connaître au public les différentes missions et les diverses activités menées par l’ONPPE depuis son installation, a-t-elle déclaré. Meriem Chorfi a évoqué, en outre, les grands axes du programme de l’organe pour l’année prochaine. Elle a surtout parlé de la «préparation du plan d’action pour l’exercice 2021 du Comité permanent de coordination». Ce comité, qu’elle préside et qui a vu le jour après la promulgation de la loi du 15 juillet 2015 sur la protection de l’enfant, concerne 16 ministères, ainsi que des acteurs de la société civile impliqués dans les domaines relatifs à l’enfance et l’éducation en Algérie. Il aura, pour feuille de route, a déclaré Mme Chorfi, d’animer des rencontres, des visites de terrain et des sessions de formation. Notamment, pour les membres de la Commission chargée des «procédures relatives aux droits de l’enfant et aux mécanismes de leur protection».
Il est à signaler que le phénomène des atteintes aux droits de l’enfant connaît une hausse qui se caractérise en particulier par des affaires d’abus sexuels sur mineurs et sur jeunes enfants. Une situation qui provoque des avis partagés entre ceux qui disent que ce phénomène n’est pas nouveau et qu’il est «amplifié par les médias, notamment les chaînes de télévision privées, qui en font désormais un produit de grand écoute», selon Mostefa Khiati de la fondation Forem. Et ceux qui, en revanche, affirment qu’il y a une recrudescence «de la violence en général» et des «cas d’atteinte aux droits et à l’intégrité sacrée» des enfants en Algérie en raison des «bouleversements sociaux» et de la «mise en danger du noyau familial», comme le souligne l’avocate et militante des droits humains Nadia Aït Zaï.
Les associations impliquées dans les domaines de la protection de l’enfance comme le réseau Nada, par exemple, qui a lui aussi depuis 2015 un numéro vert (30 33) affirment que les deux lectures sont «à prendre avec sérieux». «Les chiffres sur les cas de signalement d’atteintes doivent être constamment mis à jour», indique son président Abderrahmane Arar. Sur ce point, toutes les familles ne déclarent pas toutes les affaires d’agression ou de harcèlement de leurs enfants. Les enfants eux-mêmes, par peur ou par traumatisme, cachent souvent qu’ils ont été victimes d’agressions. L’ONPPE souffre alors de ce phénomène de silence et les chiffres qu’il fournit ne sont pas complets et méritent un débat sérieux.
Pour rappel, l’année dernière, le seul chiffre médiatisé par l’Organe présidé par Meriem Chorfi sur les signalements de cas d’atteinte aux droits de l’enfant a concerné la période de janvier à mai 2019, soit 1 035 signalements. <