Dans le cadre de ses activités périodiques, ayant pour objectif la lutte contre toute forme de contrebandes et une meilleure protection de l’économie nationale, les agents des Douanes de la direction régionale en résidence à Annaba ont réussi, durant ces derniers jours, à mettre hors d’état de nuire de nombreux contrebandiers et des investisseurs indélicats. Ainsi, selon un communiqué rendu public, les douaniers au poste frontalier d’Oum Teboul, dans la daïra d’El Kala, wilaya d’El Tarf, ont saisi plus de trois cents comprimés psychotropes chez un voyageur de retour de Tunisie. Pour tromper la vigilance des douaniers, le mis en cause avait dissimulé cette importante quantité dans les vêtements qu’il portait. Les douaniers ont agi suite à des informations émanant de leurs sources. Conduit au poste de police, et tombant sous la loi douanière notamment les articles 21 et 325, il a été verbalisé et dans la même journée son dossier transmis à la juridiction compétente qui prendra à son encontre les décisions qui s’imposent et la saisie de la marchandise prohibée. Selon un autre communiqué parvenu des services de police du chef-lieu de wilaya, les éléments de la brigade anti-stupéfiants ont arrêté un dealer avant-hier après-midi en possession d’une importante quantité de marchandise prohibée, interdite à la commercialisation. Le dealer, originaire de la commune de Besbes, comptait vendre son poison à des jeunes de plusieurs quartiers de cette agglomération située à l’ouest du chef-lieu de wilaya El Tarf. Selon la même source d’information, le mis en cause, accusé dans plusieurs autres affaires criminelles, était activement recherché par les services de sécurité. Conduit au poste de police de la Sûreté de daïra, et après le procès-verbal établi par l’officier de police judiciaire, il a été immédiatement présenté devant le tribunal de la circonscription judiciaire de Drean. Le dealer en question a été condamné à trois ans de prison ferme assortie d’une forte amende pour détention et commercialisation de marchandises prohibées et immédiatement écroué au niveau de la prison communale.