Entretien réalisé par Sihem Bounabi
Reporters : C’est la première fois depuis deux années que l’Algérie enregistre, dans son bilan quotidien de la situation épidémiologique, zéro cas de contamination à la Covid et zéro décès. Est-ce que l’on peut dire que la pandémie est derrière nous aujourd’hui ?
Dr Mohamed Yousfi : Certes, c’est vrai que maintenant la situation épidémique est très bonne et on peut dire qu’on est sorti de la 4e vague de la Covid. C’est une bonne nouvelle pour les Algériens avec la reprise de toutes les activités. Mais, il faut rester conscient que la pandémie n’est pas terminée. Il faut savoir qu’au niveau mondial, certains pays ont enregistré zéro cas de contamination à la sortie d’une vague, mais cela n’a pas empêché plus tard la reprise des contaminations. Je citerais, à titre d’exemple, la Tunisie qui, à la sortie de la première vague, avait enregistré zéro cas de contagion, mais, ensuite, elle a à nouveau connu de nouvelles vagues de contaminations. Même si la situation épidémique est très bonne en Algérie, actuellement, il faut savoir que la pandémie de Covid court toujours dans certains pays à travers le monde, comme c’est le cas en Chine, au Canada et certains pays européens. Toutefois, ce n’est pas le même scénario épidémiologique que l’année passée, puisque c’est essentiellement le variant Omicron qui est certes contagieux, mais moins virulent. Et aussi le fait que dans la plupart de ces pays la vaccination a fortement évolué, ce qui a permis de protéger les populations des formes graves de la pandémie.
Justement, en parlant de la vaccination contre la Covid, quel est le constat de l’évolution de cette campagne en Algérie ?
Ce qui est malheureux, c’est que le constat actuellement est que la campagne de vaccination est très faible, pour ne pas dire à l’arrêt. Il faudrait accélérer et intensifier la vaccination, au moins pour les personnes vulnérables, en l’occurrence les personnes âgées et les malades chroniques, en prévision d’une éventuelle vague qui pourrait arriver et qui n’est pas exclue.
Il faut rester vigilant tant que la pandémie n’est pas terminée au niveau mondial, parce qu’il peut y avoir de nouveaux variants qui risquent d’être virulents. Cette primalité est certes moins importante que précédemment, parce que, d’une part, les souches qui sont en train de circuler dans les pays où il y a un rebond de la pandémie sont moins virulentes que les variants précédents et surtout le Delta. Et d’autre part, la vaccination a fortement évolué dans ces pays qui ont vacciné la quasi majorité de leur population. Ces deux éléments contribuent à une situation beaucoup plus favorable que celle de l’année passée et à la disparition progressive de la pandémie. Mais je réitère encore une fois que la pandémie n’a pas encore disparu. C’est l’Organisation mondiale de la santé qui a déclaré, il y a deux ans, l’urgence sanitaire de la situation, et c’est aussi l’OMS qui annoncera la fin de la pandémie.
Dans ce contexte d’amélioration de la situation épidémique en Algérie et, également, au niveau mondial, est-ce qu’il ne serait pas temps de lever toutes les restrictions au niveau des frontières ?
La situation est meilleure au niveau mondial par rapport à l’année passée, parce que les variants sont moins virulents, c’est clair qu’il faut aller progressivement à la levée des restrictions. Mais pour cela, j’insiste qu’il faut absolument intensifier la vaccination pour faire en sorte que le virus de la Covid soit un virus que l’on saura contrôler et qui deviendra ainsi un virus banal, comme tous les autres virus. A partir de là, on pourrait dire que c’est terminé et lever toutes les restrictions imposées par cette pandémie. Cela fait plus de deux ans que le monde traverse une crise sanitaire sans précédent et que les Algériens, à l’image de tous les peuples du monde, traversent une situation très difficile. Aujourd’hui, on se réjouit que la situation se soit nettement améliorée et que la vie reprenne normalement, et c’est tant mieux. Mais tant que ce n’est pas encore terminé, il faut axer sur la vaccination, surtout pour les catégories vulnérables et
fragiles. n