Le Tribunal de Chéraga (Alger) a rendu, hier, son verdict dans l’affaire dite «Madame Maya» en condamnant l’accusée principale à 12 ans de prison ferme, alors que les anciens ministres, Mohamed El Ghazi et Abdelghani Zaâlane, ont été condamnés à 10 ans de prison ferme. La même sentence a été également prononcée contre l’ancien patron de la police, Abdelghani Hamel. La défense des accusés a annoncé, pour sa part, qu’elle introduira un appel du jugement.
La peine de l’accusée principale, de son vrai nom Nachinache Zoulikha-Chafika, est assortie d’une amende de 6 millions de dinars et de la saisie de ses biens, alors que ses deux filles, Imène et Farah, ont été condamnées chacune à 5 ans de prison ferme avec une amende de 3 millions de dinars et la saisie des biens. L’ancien wali de Chlef, Mohamed Ghazi, a été condamné à 10 ans de prison ferme avec une amende d’un million de dinars, et son fils Chafie à 2 ans de prison ferme et une amende de 500 000 DA. Abdelghani Zaâlane, impliqué dans cette affaire en sa qualité de wali d’Oran, et l’ancien Directeur général de la Sûreté nationale, Abdelghani Hamel, ont été condamnés à 10 ans de prison ferme avec une amende d’un million de dinars chacun.
Concernés, eux aussi, dans cette affaire, les deux investisseurs et entrepreneurs, Belaïd Abdelghani et Ben Aïcha Miloud, ont été condamnés respectivement à 7 et 10 ans de prison ferme avec une amende d’un million de dinars chacun. L’ancien député à la retraite, Omar Yahiaoui, qui se trouve en fuite à l’étranger, a écopé d’une peine de 10 ans de prison ferme avec une amende d’un million de dinars et la saisie des biens et le lancement d’un mandat d’arrêt international à son encontre.
Le Tribunal de Chéraga avait requis, dans ce procès, une peine de 15 ans de prison ferme assortie d’une amende de 6 millions dinars contre l’accusée principale et des peines de 15 ans de prison ferme assorties d’une amende d’un million de dinars contre Mohamed Ghazi et Abdelghani Zaalane et 12 ans de prison ferme contre Abdelghani Hamel.
Des peines allant de 5 à 12 ans de prison ferme ont été requises contre les cinq autres accusés dont Chafie Ghazi, le fils de Mohamed Ghazi (5 ans et une amende de 500 000 DA), et l’ancien député à la retraite, Omar Yahiaoui, qui se trouve en situation de fuite à l’étranger (10 ans et une amende d’un million de DA).
Les accusés sont poursuivis, faut-il le rappeler, pour «blanchiment d’argent», «trafic d’influence», «octroi d’indus avantages», «dilapidation de deniers publics», «incitation d’agents publics pour l’octroi d’indus avantages» et «transfert illicite de devises vers l’étranger».
Ce verdit signe ainsi une nouvelle condamnation de l’ex-patron de la DGSN contre qui le Tribunal de Blida a confirmé, il y a quatre jours, la peine de 4 ans de prison ferme, lui et le chef de la Sûreté de la wilaya d’Alger, Nouredine Berrachedi.
Auparavant, le Tribunal de Boumerdès avait confirmé, fin septembre, le verdict prononcé contre Hamel, condamné à 12 ans de prison ferme. Hamel et les co-accusés dans cette affaire sont poursuivis pour «obtention illégale de fonciers agricoles», «abus de pouvoir» et «activités illégales».
La chambre pénale de la Cour d’Alger avait prononcé, quant à elle, le 12 août dernier, une peine de 12 ans de prison ferme à l’encontre de Hamel, poursuivi pour plusieurs chefs d’accusation, dont «blanchiment d’argent», «enrichissement illicite», «trafic d’influence» et «obtention de fonciers par des moyens illégaux».