A moins de deux jours du double anniversaire du 20 Août 55 et 56, de nombreuses formations politiques s’apprêtent à faire de l’événement un motif de mobilisation et de déploiement sur le terrain. Pour le 20 Août 56, date anniversaire du congrès de la Soummam, la localité d’Ifri Ouzelaguen, va être comme chaque année l’épicentre d’activités impliquant différents partis politiques  et le lieu de pèlerinage de différents collectifs et associations engagés dans les questions relatives à l’histoire et la mémoire nationale de la guerre de Libération.

Toute la semaine qui commence demain sera ainsi marquée dans la région par diverses manifestations alliant les rassemblements politiques ainsi que les  hommages et les recueillements à la mémoire de ceux qui sont tombés au champ d’honneur. Par la convocation du passé, le présent sera donc fortement présent et fera l’objet des interventions prévues  à la veille de la date anniversaire puis durant les journées qui vont suivre, alors que les commémorations de cette année coïncideront avec  les  fêtes religieuses de l’Aïd el-kébir. Selon nos informations,  le  Front des forces socialistes (FFS) dont la tradition est d’accorder une importance remarquée à la commémoration de la date du congrès de la Soummam  prévoit d’organiser dans la matinée d’aujourd’hui à 10 heures un meeting qui rassemblera militants et sympathisants du parti à la maison de jeunes d’Ifri Ouzellaguen.

Ce qui est prévu aujourd’hui à 10 heures, selon une source du parti, sera le point d’orgue d’activités entamées depuis une semaine déjà, placées sous le signe la « Fidélité au serment de Novembre et de la plate-forme de la Soummam», et une halte de mobilisation avant la journée de recueillement, après-demain 20 août, un moment solennel qui sera marqué par un dépôt de gerbes de fleurs à la maison qui a abrité le congrès historique du FLN de la guerre de Libération.

Selon notre source, l’ensemble de la direction politique du FFS sera présente et ce sera sans doute l’occasion de déclarations et de petites phrases à retenir pour saisir la feuille de route que le parti entend suivre dans les semaines et les mois prochains en cette séquence de précampagne des présidentielles de 2019. Une feuille de route désormais placée sous le signe  de la « reconstruction d’un consensus national ».

Autre formation de l’opposition, le Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD) prévoit lui aussi une série d’activités dont un rassemblement et un recueillement durant la journée du 20 août à Ifri Ouzellaguen. Le programme prévu par le parti est inscrit cette année sous le mot d’ordre « combat d’hier, défis d’aujourd’hui ».  Il sera question, selon une source du parti, de rappeler l’ampleur historique de ce qui est arrivé il y a soixante-deux ans lorsque sous la férule de Abane Ramdane le congrès de la Soummam allait structurer politiquement et militairement la révolution anticoloniale algérienne. Il sera question également de « faire le point » sur la conjoncture nationale et de rappeler les positions du RCD sur les questions politiques et économiques de l’heure. Pour rappel, le « Rassemblement » milite pour « la mise en place d’institutions issues et contrôlées par la société dans un processus de démocratisation graduel et transparent adossé à une légitimité incontestable », comme l’avait réaffirmé son secrétariat national lors de la dernière réunion mensuelle de  la direction du parti.

Dans le camp de la majorité, le FLN prévoit d’organiser deux évènements en présence de son secrétaire général : le premier est prévu aujourd’hui au palais de la culture Malek Haddad de Constantine, qui sera suivi d’une conférence du chercheur en histoire Abdelmadjid Merdaci sur Zighoud Youcef et l’offensive du
20 Août 55, un évènement qui sera suivi d’un hommage à la commune qui porte aujourd’hui le nom du chef révolutionnaire et chahid (ex-Smendou).  Le deuxième est prévu au Musée d’Ifri Ouzellaguen pour la commémoration du 20 Août 56 et la date-anniversaire du congrès de la Soummam. Le FLN, rappelle-t-on, est mobilisé pour un 5e mandat du chef de l’Etat.ν