Par Hakim Ould Mohamed
Dans un courrier classé «Confidentiel» et «Très urgent», daté du 28 mars courant, adressé aux directeurs régionaux des Douanes, aux chefs des services régionaux des contrôles a posteriori et aux chefs des inspections divisionnaires des douanes, la Direction générale des Douanes (DGD) a informé, hier, les destinataires de l’instruction, dont nous détenons une copie, de la fermeture de plusieurs ports secs à Alger et à l’extérieur d’Alger.
Il s’agit de la troisième opération du genre après la fermeture de plusieurs autres ports secs durant 2020 sur instruction du Président Abdelmadjid Tebboune. Ce dernier, faut-il le rappeler, avait ordonné au gouvernement «de procéder à la fermeture immédiate des ports secs non autorisés, et de faire obligation à ceux autorisés de se doter de scanners pour faciliter le contrôle par les douanes». Le chef de l’Etat avait également chargé l’Exécutif «de réorganiser ce secteur et de l’annexer aux ports nationaux en vue de garantir le service de maintenance après-vente, la sécurité et la souveraineté nationales, et de mettre un terme au gaspillage de la devise». A cet effet, l’activité de 11 ports secs était suspendue au moins de juillet dernier, 11 autres terminaux ont été également concernés par la même décision prise au mois de septembre de la même année, entre fermeture (6) et mise en demeure (5). La nouvelle mesure de fermeture de dimanche dernier concerne 16 ports secs, à savoir EPE/SPA Algerian Containers Services (ACS), filiale du port d’Alger ; Société nationale des transports routiers (AGS SNTR SPA) ; SPA ANISFER ; Rouiba Terminal Conteneurs SPA ; SARL Alpha Investements ; SARL Terfort; SARL Oum Derman Entrepôt Public ; SARL Sud Entrepôt et Auxiliaire II ; SARL Yanis Port Sec. Ces ports secs relèvent tous de la direction régionale d’Alger Extérieur. La décision de fermeture concerne aussi les ports secs : SARL Avicomar et SARL PSDA relevant de la direction régionale d’Annaba. L’Entreprise portuaire de Skikda (EPS) relevant de la direction régionale de Constantine. L’Entreprise portuaire de Béjaïa (Tixter), relevant de la direction régionale de Sétif, et enfin, SARL Catram Logistic relevant de la direction régionale d’Oran. Cette décision s’inscrit dans le cadre de l’opération d’assainissement de ce secteur, entamée en juin dernier. Dans une déclaration à l’agence APS, la Directrice de l’information et de la communication par intérim à la DGD, Nassima Allou Breksi, a expliqué que «dans le prolongement de la décision de fermeture des ports secs prise par les pouvoirs publics en juin 2020, les procédures finales ont été achevées pour concrétiser la décision de la fermeture définitive des ports secs restants». Les services de douanes comptent 22 ports secs, publics et privés, qui ont tous été fermés, «par étapes», en raison du non-respect des normes et conditions requises. Les douanes algériennes œuvrent actuellement à la prise en charge des marchandises qui se trouvent dans ces espaces, a ajouté la même responsable, soulignant que cette opération d’assainissement a atteint un «stade très avancé».