La Russie, visée par le témoignage de Grigory Rodchenkov, le lanceur d’alerte à l’origine du scandale de dopage d’Etat, affirme avoir réuni des «preuves» pour sa défense. Son service d’enquête les a transmises à l’AMA.

Le Comité d’enquête, service chargé des principales affaires en Russie et dépendant directement du Kremlin, a affirmé, vendredi, dans un communiqué avoir «réuni des preuves objectives démentant les dépositions mensongères de (Grigory) Rodchenkov concernant la livraison des tests antidopage au laboratoire de Sotchi», ville hôte des JO 2014.
«Des copies des protocoles d’envoi des tests antidopage et des documents (attestant de leur suivi, ndlr) ont été envoyées à l’AMA» concernant une série de sportifs exclus à vie, depuis, sur la base des travaux menés à la suite des accusations de Rodchenkov, est-il ajouté.
Grigori Rodtchenkov, dont les révélations ont déclenché une vaste enquête sur la Russie, était le patron du laboratoire antidopage de Moscou jusqu’en novembre 2015. Réfugié aux Etats-Unis en disant craindre pour sa vie, il est visé par un mandat d’arrêt international lancé par la justice russe. Le Comité d’enquête a ouvert en 2016 une procédure le visant pour «abus de pouvoir»