Le ministre des Mines fait le pari d’une production plus importante de son secteur en 2020. Après avoir constaté que le rendement du domaine minier qu’il dirige est «très faible et ne couvre pas la demande nationale», Mohamed Arkab affirme que le lancement de plusieurs projets permettra de combler ce déficit et facilitera aux entreprises l’accès local aux matières premières dont elles ont besoin pour leurs activités. Ces projets, a-t-il promis, seront mis en route entre les mois de mars et avril 2021. Ils concernent les gisements de fer de Gara Djebilet et de zinc et de plomb à Amizour dans la région de Béjaïa. «Les études techniques ont été finalisées, tandis que l’élaboration des cahiers des charges pour l’exploitation des mines de Ghar-Djebilet et d’Oued Amizour est au stade final», s’est-il engagé lors d’un entretien à la Chaîne II.
Le gisement de Oued Amizour, a-t-il précisé, contient 32 millions de tonnes d’un stock national de plomb et de zinc évalué à 64 millions de tonnes. Pour une exploitation optimale de cette mine, M. Arkab a rappelé qu’un plan bien élaboré avait été tracé pour assurer son exploitation, à travers l’établissement d’un cahier des charges, tout en recourant aux techniques de pointe, d’autant qu’il s’agit d’une exploitation souterraine.
Une convention a été signée avec l’université de Béjaïa pour l’élaboration des études nécessaires, a-t-il souligné, ajoutant que le lancement de ce projet est prévu en avril prochain, et ce, en partenariat avec un partenaire étranger. L’opération de vérification du stock de la mine d’Oued Amizour et de définition des techniques et technologies à utiliser avait commencé en 2012, en collaboration avec un partenaire australien, et se trouve à un stade avancé, a-t-il ajouté.
M. Arkab a déclaré aussi qu’il sera procédé pour la première fois à l’exploitation des minerais rares, ajoutant que l’accent sera mis sur le lithium qui entre dans la fabrication des batteries électriques, ainsi qu’un type de sable dans la fabrication des panneaux solaires. Il a fait savoir qu’il y a des indicateurs sur l’existence d’un stock de ces minerais à El Bayadh, Naama, Béchar et Illizi. Pour ce qui est de l’exploitation artisanale de l’or, le ministre a annoncé son lancement prochain à travers la délimitation de 178 périmètres d’exploitation à Tamanrasset et Illizi, une mission qui sera confiée aux micro-entreprises créées à cet effet. A suivre, donc.