La 17e édition du Salon professionnel de la production agroalimentaire « Djazagro » se tiendra du 25 au 28 février au Palais des expositions de la Safex. Traditionnellement organisé au mois d’avril, ce rendez-vous incontournable pour les professionnels de la filière a vu la période de son déroulement exceptionnellement avancée cette année pour raison de la tenue de l’élection présidentielle durant ce même mois. Pour cette nouvelle édition de Djazagro, le cap a été mis sur la valorisation de la production agroalimentaire algérienne et son développement à l’exportation, ont fait savoir la directrice du Salon, Olivia Milan, et son commissaire Nabil Bey Boumezrag. Les participants seront, une nouvelle fois, présents en force aux Pins-Maritimes, où Djazagro est devenu une tradition inscrite parmi les plus importantes manifestations économiques annuellement organisées sur les espaces de la Safex.
Ce sont, en effet, 740 exposants issus de 32 pays qui iront au Palais des expositions se partager les 21 000 m2 loués par les organisateurs. Ils y représenteront 6 secteurs, entre Process & Conditionnement, Boulangerie-Pâtisserie, Produits alimentaires et boissons, Ingrédients, Hygiène et Restauration. Dans la même logique de l’année dernière, la participation algérienne sera mise en exergue par un engouement évalué à 160 exposants, soit 20% du total des exposants, a fait savoir M. Boumezrag, précisant que ces derniers sont, pour la plupart, des fabricants d’équipements et des producteurs en agroalimentaire. « Au cours des cinq dernières années, ce Salon a vu une hausse de 30% des exposants nationaux », a souligné le commissaire du Salon, relevant le nombre et la capacité croissants des entreprises locales dans la production agroalimentaire.
Une évolution qui tend à pallier l’interdiction d’importation de dizaines de produits dans la filière et dont Djazagro représente sans doute une vitrine grandeur stand toute indiquée, sachant que cette manifestation « reflète la dynamique de l’industrie algérienne depuis deux ans, selon M. Boumezrag. « Depuis l’arrêt des importations, la dynamique de l’investissement dans le secteur de l’industrie a connu une courbe ascendante, ce qui fait que le nombre de participants étrangers a reculé alors que celui des nationaux a augmenté », a-t-il souligné.
Outre les exposants, Djazagro 2019 attend 21 000 visiteurs professionnels dont 8% d’internationaux en provenance de 45 pays parmi lesquels 16 d’Afrique. Une présence africaine qui s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par l’Algérie pour promouvoir ses exportations en direction du continent, notamment l’Afrique de l’ouest. En outre des différentes expositions, ce Salon sera un carrefour d’échanges et d’éventuels partenariats.
Dans ce sens, les organisateurs prévoient plusieurs rencontres au profit des participants, tels que des ateliers dédiés à la boulangerie industrielle. Pour sa part, la Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI) organisera, en sa qualité de partenaire de l’événement, des rencontres « invest & export business meetings », et ce, sous forme d’une table ronde sur différents thèmes dont «la règlementation algérienne des investissements», «la sécurisation financière et contractuelle» ainsi que «les taxes et douanes à l’export ».
Quant à la Chambre de commerce et d’industrie algéro-française, elle tiendra une rencontre axée sur l’investissement en Algérie du point de vue des sociétés étrangères. Cette 17e édition de Djazagro se déroulera au rythme de conférences techniques, alors qu’un colloque à destination des investisseurs algériens, intitulé «Industrie agroalimentaire, comment optimiser vos usines», est également programmé. «L’agroalimentaire est l’une des industries les plus dynamiques et les plus structurées après celle des hydrocarbures et des mines », estimera, quant à elle, Mme Milan, pour mettre en évidence l’importance d’un rendez-vous comme Djazagro.<