Oran, capitale de l’Ouest du pays, abritera du 15 au 18 mars 2020 l’une des plus importantes manifestations dédiées aux hydrocarbures et à l’énergie en Afrique et en Méditerranée, Napec 2020, North Africa Petroleum Exhibition and Conférence. Cet événement a pris de l’envergure visible à travers le nombre et la qualité des participants.
«Le Napec, le plus grand et le plus en vue salon international à l’échelle du continent et de la Méditerranée, revient du 15 au 18 mars au Centre des conventions d’Oran avec une dixième édition totalement inédite, regroupant plus de 650 professionnels dans les industries du pétrole et du gaz et représentant 45 pays dans le monde». Le Napec, qui célèbre une décennie d’existence, s’est imposé au fil de ces dernières années comme le «rendez-vous à ne pas manquer pour les professionnels du secteur des hydrocarbures ainsi que de toute la chaîne pétrolière et parapétrolière», lit-on dans le communiqué de Napec parvenu à la Rédaction. De manière plus précise, des géants de l’industrie pétrolière mondiale seront présents. Citons Total, Eni, Repsol, Cepsa, Equinor (ex-Statoil). Des sociétés parmi les plus grandes dans le monde dans le secteur des services pétroliers figurent également parmi les participants, Halliburton, Shlumberger, JGC, Baker Hughes, Weatherford, Saipem. Le grand électricien français Shneider Electric est également parmi les participants. Les incontournables du secteur de l’énergie et grands donneurs d’ordre sont de la partie, Sonatrach, Sonelgaz et ses filiales telles que Etterkib, Transmex, GRTG ainsi que Cosider.
Cet événement intervient dans un contexte plus favorable à l’investissement étranger, la promulgation d’une nouvelle loi sur les hydrocarbures censée être plus incitative à l’investissement dans la branche. La manifestation reflétera sans doute l’attractivité du domaine minier national et les perspectives prometteuses en matière de partenariat, encouragées par un nouveau cadre réglementaire plus souple par rapport à la loi sur les hydrocarbures de 2005. Au programme, lit-on dans le texte, figurent des conférences stratégiques sur des thématiques pertinentes et ciblées animées par des conférenciers de haut rang. «Le premier panel planchera sur la tendance énergétique future avec les différents aspects et visions qui l’entourent. Les débats apporteront des éléments de réponses au sujet des enjeux énergétiques futurs avec les différents aspects et visions qui l’entourent. La gestion du mix énergétique, dont le gaz, qui aura une place prépondérante sera abordée. Les conférences prévues porteront également sur l’efficacité énergétique. Autres thématiques programmées, celle des ressources, des défis et opportunités des hydrocarbures, on shore et offshore, la position du gaz algérien sur le marché mondial et local, le futur des activités aval et transport par canalisations, l’avenir de l’industrie du GNL. La technologie au service de l’industrie énergétique sera au coeur des thématiques abordées. En particulier, un panel sera dédié à la transition énergétique et l’impact de la technologie sur l’efficacité et l’économie de l’énergie. Dans ce registre, des thèmes tels le développement des énergies renouvelables en Afrique du Nord, l’optimisation de la consommation d’énergie et les émissions de carbone ainsi que les perspectives de l’énergie solaire en Afrique du Nord seront abordées. A noter qu’en ce sens une exposition sur 16 000 mètres carrés affichera en particulier des nouveautés technologiques, des solutions et avancées technologiques à destination notamment des compagnies pétrolières. En outre, Napec reconduit, indique le communiqué, le Napec Young Professionnal, un espace au sein du salon dédié aux projets et innovations présentés par 150 jeunes universitaires provenant de 17 universités dont la finalité est de favoriser l’insertion professionnelle des jeunes dans le secteur national des hydrocarbures ou d’une façon plus générale de l’énergie.
Enfin, il est attendu, précisent les organisateurs, 29 000 visiteurs, soit une excellente opportunité pour les professionnels et les acteurs du secteur de l’énergie de nouer des contacts, d’échanger des expériences et pourquoi pas signer des accords préliminaires, voire de nouveaux contrats de partenariat.<