La déclaration du ministre du Commerce, le 27 janvier dernier, selon laquelle son département est « déterminé » à mettre de l’ordre dans la filière lait semble être suivie d’actions concrètes.

Kamel Rezig avait dit qu’il est déraisonnable de produire 4,7 millions de sachets de lait, alors qu’« on ne trouve pas de lait sur le marché ». Il avait indiqué que l’augmentation de la quantité de production de lait n’est pas une solution : « Cela revient à ajouter de l’eau à la mer ». Et que les services de son département allaient tout faire pour avoir de l’information sur la destination du lait et du respect du tarif fixé par l’Etat qui, rappelons-le, subventionne ce produit de grande consommation.
Ainsi, on apprend, selon l’APS, qu’à l’ouest du pays des enquêtes ont été lancées au niveau de 11 unités de lait pasteurisé dans six wilayas. D’après la même source, la direction régionale du Commerce de Saïda a annoncé l’ouverture d’enquêtes au niveau de 11 unités de production de lait pasteurisé conditionné dans des sachets en plastique, à travers 6 wilayas de l’ouest du pays, pour s’assurer du respect du prix officiel dans les opérations de vente, a-t-on appris de son directeur.
Hellaili Amar a indiqué à l’APS que la direction régionale du Commerce a donné des instructions aux 6 directions du commerce de la wilaya qui lui sont rattachées, à savoir Saïda, Tissemsilt, Tiaret, Chlef, Mascara et Relizane, pour l’ouverture d’enquêtes au niveau des unités de production (publique et privée) pour vérifier les factures de vente de cette matière et de s’assurer du respect de l’application des prix officiels.
« Les équipes de contrôle des pratiques commerciales et de la répression des fraudes à travers ces directions vont ouvrir des enquêtes et établir des procès-verbaux de poursuites judiciaires à l’encontre de toute entreprise de production de lait subventionnée à travers les wilayas en question, qui établit des factures de complaisance », a souligné le responsable.
Selon l’APS, le directeur régional du Commerce a appelé l’ensemble des responsables des unités de production de lait à veiller au respect des prix officiels tels que consignés dans le décret exécutif n 16-65 daté du 16 février 2016, qui stipule que la vente du lait pasteurisé est fixé à 23,20 DA le sachet pour les distributeurs. Ce responsable a indiqué que les services de commerce s’investissent également dans la lutte contre le phénomène de vente conditionnée de lait subventionné à travers les unités de production, en faisant observer que les distributeurs de lait ont la liberté de se procurer ce produit subventionné par l’Etat.
Pour sa part, la direction régionale du Commerce a pris des mesures préventives pour parer à toute éventualité susceptible de faire obstacle à la disponibilité du lait subventionné, en chargeant les entreprises de conventionnées, de lait pasteurisé et réglementé à travers les wilayas en question d’assurer le transport du lait et de distribuer à travers les commerces, en plus de l’ouverture de points de vente de ce produit.<