Le premier long métrage de Mounia Meddour «Papicha» sera projeté dans les salles de cinéma américaines au printemps prochain, annonce le magazine américain Variety, qui  a eu l’exclusivité de l’information de l’acquisition de  la boîte de distribution Distrib Films  des droits américains pour la  distribution du film  en Amérique du Nord. «Papicha est l’un de ces rares films réalisés du plus profond du cœur avec une urgence pour raconter une histoire importante qui définit notre époque», a déclaré au magazine Variety François Scippa-Kohn, fondateur de Distrib Films. Il ajoute : « Nous avons été frappés par le destin et la force des personnages qui nous rappellent que l’optimisme, la passion, le courage et la résistance sont  les armes les plus puissantes pour défendre la démocratie et la liberté », a déclaré Scippa-Kohn. Pour sa part, Mounia Mendour, déclare au magazine : « Je suis particulièrement heureuse et fière de travailler avec Distrib Films qui nous permettra de nous connecter avec le public américain. » Et d’ajouter : « Je suis profondément convaincu que le cinéma est une forme d’art puissant et crucial, qui peut créer des ponts entre les cultures et initier un dialogue entre les personnes. » Le magazine américain commente dans ses colonnes que  « compte tenu de son savoir-faire dans la gestion de films français en Amérique du Nord, Distrib Films semble être le bon  choix pour ‘Papicha’». En effet, au cours des dernières années, la société a notamment géré «Journal d’un médecin français», «Entre de bonnes mains» et « Quelqu’un, quelque part ». « Papicha » est une coproduction algéro-française, produite du côté algérien par Belkacem Hadjadj chez « Tayda Film » à Alger et c’est la boîte « Jour2Fête », qui  gère les ventes internationales, qui a œuvré à ce que le film soit distribué dans plusieurs pays à travers le monde.  Présenté en avant-première mondiale, l’année passée à Cannes dans la section  « Un Certain Regard », il est souligné dans  Variety qu’«après Cannes, le film à l’esprit politique a remporté une série de récompenses internationales et est devenu le film africain le plus réussi réalisé par une femme au box-office français ».  Variety  rappelle aussi que le long métrage  « Papicha » est maintenant en lice pour les nominations du César (l’équivalent français des Oscars) dans toutes les catégories. Les jeunes stars du film, Lyna Khoudri et Shirine Boutella, font déjà partie des révélations des Césars qui précèdent les nominations d’ans la catégorie des espoirs féminins. Il est aussi souligné que, bien que sa sortie commerciale ait été annulée en Algérie pour des raisons politiques, le film représente l’Algérie dans la course internationale des longs métrages de l’Oscar mais, au final,  «Papicha» n’a pas été présélectionné. Toutefois, le long métrage de la réalisatrice algérienne  a remporté un prix humanitaire de  International Press Academy, le mois dernier.  « Une action exceptionnelle pour un film franco-africain. Les lauréats précédents incluent Spike Lee, Stephen Chbosky et Benh Zeitlin », souligne le magazine spécialisé. Mounia Meddour a, quant à elle, déclaré qu’elle avait dédié ce prix au «peuple algérien qui donne un exemple courageux et surprenant de protestation collective». Elle a aussi affirmé dans ce sillage « le courage et la détermination du peuple algérien, et en particulier des femmes, qui sont héroïques».