Le Président de la République a longuement déploré le manque de discipline qui risque, particulièrement, de mettre en péril tout le dispositif de lutte contre la pandémie qui menace les Algériens. Il est, en effet, ahurissant de voir dans nos rues et quartiers des individus ne se sentant nullement concernés par un danger sanitaire qui fait trembler le monde entier. Une maladie que la science n’arrive toujours pas à lui trouver de remède. L’insouciance de certains est d’autant plus intolérable que la majorité des Algériens respectent les consignes au prix d’un gros sacrifice dans leur vie sociale et professionnelle. Le problème dans cette situation délicate dans laquelle se retrouve le pays, c’est que la minorité indisciplinée risque de mettre en danger la majorité. Il est un triste fait en Algérie, la discipline et le respect des règles élémentaires de vie dans l’espace public sont malheureusement loin d’être la caractéristique la plus partagée. Mais la crise sanitaire pourrait constituer une chance. Voici venu probablement le temps de la remise en cause et de l’apprentissage de nouveaux comportements pour le bien du plus grand nombre. La pandémie sans précédent qui nous touche contraint à bien des attitudes d’hygiène inimaginables il y a peu. La Chine, qui est arrivée à contrôler la propagation du coronavirus, grâce justement à la discipline, aura donné l’exemple. Les pays d’Europe qui ne se départissent pas de leur systématique « China bashing » sont contraints, à leur corps défendant, de traiter avec le géant asiatique en commandant des produits de premières nécessités et en recevant ses médecins. La Chine et l’Algérie, comme rappelé à juste titre par le chef de l’Etat, entretiennent une amitié indéfectible, il serait judicieux de mettre à profit ce rapport pour se renforcer face au danger sanitaire. Il est aujourd’hui incontestable, alors que la pandémie touche le monde entier, qu’on ne pourrait passer cette mauvaise période sans un effort collectif. Les Algériens sont face à un défi qui engage leur avenir. Il faudrait être à la hauteur de ce défi.