La situation sanitaire exceptionnelle dans le pays impose à chaque citoyen algérien d’adopter un comportement à la hauteur des défis. L’heure de la mobilisation, du sacrifice et de la primauté de l’intérêt général sur l’intérêt personnel a sonné.
Une discipline exemplaire couplée à une solidarité sans faille devient un impératif pour faire face à ce drame planétaire qui frappe à nos portes ou au moins minimiser ses conséquences. La multiplication du nombre de personnes atteintes du virus doit être le coup d’envoi d’un nouveau mode de vie parfaitement en accord avec les consignes de précaution dictées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et les exigences du contexte socioéconomique actuel qui s’annonce difficile, voire délicat.
Les mesures prises par les pouvoirs publics pour cerner le virus doivent être respectées à la lettre par tous. Zéro tolérance à l’égard des individus qui font preuve d’incivisme et d’inconscience est la voie à suivre aussi bien par les institutions de l’Etat que par les groupes de bénévoles qui se sont constitués dans les villes et les quartiers pour gérer cette conjoncture particulière.
Ces images de groupes de jeunes dans les escaliers d’immeubles en train de discuter doivent disparaître de notre paysage urbain. Idem, ces fêtes de mariages qui piétinent les lois de la République et les règles de la nature qui interdisent tout rassemblement en période de pandémies. Le stockage des produits de première nécessité à des fins spéculatives ou de consommation est un comportement à combattre par tous.
Se sacrifier pour l’autre et pour soi-même nous permettra de traverser cette zone de turbulences avec un minimum de dégâts. Les initiatives prises par certains opérateurs économiques de venir en aide à l’Etat sont à encourager. Les institutions publiques chargées de lutter contre la pandémie n’ont pas tous les moyens pour mener leur mission. Du coup, l’implication des opérateurs de toute taille devient un devoir national. Tous les moyens nationaux qu’ils soient publics ou privés doivent se mettre en marche pour éviter de sombrer dans le syndrome de Lombardie.