PAR MILINA KOUACI
Les directeurs des lycées ont organisé, hier, une action de protestation devant les directions de l’éducation des wilayas de Bordj Bou-Arréridj et de Tiaret. Les protestataires ont brandi des pancartes où ils appellent à la satisfaction de leurs revendications socioprofessionnelles.
Les directeurs ont tenu, hier, une action de protestation devant les directions de l’éducation de Bordj Bou-Arréridj et de Tiaret en réponse à l’appel du Conseil national autonome des directeurs des lycées (CNADL). Les protestataires ont dénoncé «la pression» dont sont victimes des directeurs à Timimoun, Adrar, Bordj Bou-Arréridj et Tiaret, en citant en particulier les mises à pied conservatoires contre certains d’entre eux. Les directeurs des lycées demandent ainsi à la tutelle d’intervenir et d’assumer «ses responsabilités» envers cette catégorie et de remédier à sa situation socioprofessionnelle.
Comme les syndicats de la Fonction publique, le CNADL revendique le droit de départ en retraite sans condition d’âge et exprime son soutien aux revendications que soulèvent les wilayas du Sud concernant l’actualisation de la prime de zone avec effet rétroactif.
Les directeurs des lycées se plaignent, par ailleurs, du manque de considération, de la charge du travail et de la faible valorisation du travail qu’ils accomplissent. Ils demandent dans ce sens, d’élaborer une loi cadre du directeur de lycée qui définit son rôle et ses tâches. Ils réclament également, d’ouvrir le dossier des primes et indemnités.
S’agissant du statut particulier des travailleurs, les protestataires ont mis en garde des conséquences d’élaborer un nouveau statut particulier qui «maintiendrait les dysfonctionnements et injustices» envers certaines catégories.