PAR NAZIM B.
De retour à la tête du département des affaires étrangères, à la faveur de sa nomination dans le nouvel Exécutif en remplacement de Sabri Boukadoum, Ramtane Lamamra a fait part, hier, de ses constats et observations, fixant par la même occasion les priorités de la diplomatie algérienne sur les plans régional et international.
«Nous assistons à une instabilité et à des changements imprévisibles aux niveaux régional et international, d’où l’importance de l’action proactive qui nous érigerait en acteurs influents sur la scène internationale et nous permettrait d’apporter notre contribution, comme par le passé, à l’instar des pays dont l’influence sur le cours des événements les plus importants dans l’histoire de la communauté internationale dépasse de loin leur poids économique ou leur dimension géographique», a-t-il dit lors de la cérémonie de passations de pouvoirs.
«Forte de sa glorieuse Histoire et du génie de son peuple et grâce aux engagements de ses dirigeants, l’Algérie a de tout temps été l’initiatrice d’évènements remarquables et a su marquer de son empreinte l’histoire de cette nation et celle de la communauté internationale, voire de l’Humanité tout entière», ajoutera-t-il. Pour lui, «les engagements de l’Algérie sont connus de tous. Nous poursuivrons notre action dans la région à laquelle nous appartenons et qui ne se porte pas aussi bien que nous le souhaitons, une région qui avance à pas sûrs vers l’unité et l’intégration», admettant que «les conflits existants, en l’occurrence celui du Sahara occidental et la crise libyenne, influent sur l’action d’unification des rangs et le bond vers l’intégration et l’unité escomptées».
Il a relevé, par ailleurs, que l’Algérie, «de par son histoire, son poids et ses responsabilités, est prête plus que jamais à tirer les pays de la région pour les aider à décoller à nouveau et avec force vers la réalisation de cet objectif escompté».
Pour lui, «ce n’est point en fomentant des crises, en œuvrant à leur aggravation ou en imposant le fait accompli qu’on marque l’Histoire, mais plutôt en faisant preuve de clairvoyance, d’intelligence et de sens de responsabilité, autant de facteurs qui devraient sous-tendre l’action de toutes les parties dans notre région aux fins de créer un climat favorable à même d’assurer un avenir meilleur à tous les peuples sans exclusive aucune».
A propos de la crise libyenne, M. Lamamra a affirmé que «l’action de l’Algérie pour le soutien aux frères libyens et leur orientation vers une issue de crise à la faveur de la paix, de la fraternité, de l’union des rangs et d’un régime démocratique auquel aspire le peuple libyen frère, exige davantage d’engagement et de disponibilité à répondre aux exigences des parties et de l’Etat libyen, un Etat en lequel nous croyons toujours et nous ne ménagerons aucun effort pour la consolidation de ses orientations et de ses décisions souveraines». «Nous sommes entièrement disponibles à consacrer les liens de fraternité avec tous les pays arabes frères et aspirons à un sommet arabe réussi dans un avenir proche», a-t-il souligné. Il a précisé, à ce titre, que «la cause palestinienne sacrée est le ciment de la cohésion des peuples et des pays arabes», ajoutant que l’Algérie «demeure fermement attachée à l’esprit de l’initiative arabe de paix, et estime que nonobstant la différence de position de certains pays concernant les actions à mener, il est un champ plus large de resserrement des rangs en se conformant à l’esprit de cette initiative, qui fut un bel acquis de solidarité arabe et de sens de responsabilité vis-à-vis de la paix».