Les derniers arrivages d’importantes doses de vaccins en mai en Algérie vont booster la campagne de vaccination restée quatre mois au compte-goutte, soit depuis son lancement le 30 janvier dernier. L’accélération de la cadence vaccinale doit, bien sûr, se faire avec l’adhésion de la population et, dans ce sens, il y a, depuis quelques jours, une multiplication des appels aussi bien des autorités sanitaires que des professionnels du secteur en direction des citoyens pour qu’ils aillent se faire vacciner.

PAR INES DALI
Maintenant que les antidotes sont disponibles, il n’est même pas nécessaire de s’inscrire sur la plateforme numérique mise en place par le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière pour obtenir un rendez-vous. Il suffit de se présenter au niveau des structures de santé concernées par cette opération dans un premier temps, avant que soit généralisée l’opération d’ouverture de nouveaux espaces dédiés uniquement à la vaccination. A cet effet, et dans le cadre du lancement de l’opération d’affectation d’espaces supplémentaires de proximité pour élargir la campagne de vaccination contre le Covid-19 en dehors des structures de santé, des chapiteaux sont depuis hier matin, au niveau de la place El Kettani dans la commune de Bab El Oued à Alger.
Cette opération «sera généralisée à travers d’autres communes de la capitale et aux autres wilayas dans l’objectif de faciliter l’opération de vaccination à travers l’ensemble du territoire national», a indiqué le ministère de la Santé. A Oran, c’est aujourd’hui que sera installé «un très grand chapiteau au niveau de la Place Tahtaha de M’dina J’dida pour recevoir les personnes, dont les âgées et les malades chroniques, qui n’ont pas pu être inscrits sur la plateforme numérique», selon le Dr Youcef Boukhari, chef de service de prévention à la direction de la santé et de la population de la wilaya.
Ces espaces supplémentaires ne sont ouverts que maintenant alors que la suggestion de la mise en place de vaccinodromes a été faite bien avant. A ce propos, le Dr Djamel Fourar, porte-parole du Comité scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie et de coronavirus et directeur de la prévention au ministère de la Santé, a expliqué qu’à ce moment-là, «la vaccination ne se faisait que dans les centres de santé en raison de la faiblesse des doses de vaccins dont on disposait, d’où il ne pouvait y avoir de grands espaces pour de petites quantités». Il a ajouté, lors de la supervision du lancement de l’opération de vaccination à El Kettani, qu’il y aura, au courant de cette semaine, la généralisation des espaces similaires à celui-ci au niveau de 20 wilayas.
5 millions de doses attendues en juin et 400.000 les prochaines 24 heures
Dr Fourar a fait savoir que de grandes quantités de vaccins sont attendues d’ici à la fin du mois et «on disposera de 5 millions de doses», ce qui fera en sorte de donner un véritable coup d’accélérateur à la campagne de vaccination et toucher un très grand nombre de personnes. «On ira alors vers la vaccination massive, comme souhaitée», a-t-il dit, appelant tous les citoyens de plus de 18 ans à aller recevoir leurs doses de vaccins, qu’ils soient inscrits ou non sur la plateforme numérique, et insistant que «la vaccination reste, jusqu’à présent, la seule arme contre le Covid-19».
Pour sa part, le Pr Riyad Mehyaoui, également membre du Comité scientifique, a révélé que l’Algérie devrait recevoir, dans les prochaines vingt-quatre heures, une quantité de 400.000 doses de vaccins, ajoutant que «4 millions de doses de différents types devraient également être réceptionnées d’ici à la fin de juin, en plus des quantités prévues dans le cadre du système onusien Covax». Les gestes barrières étant le premier rempart contre la propagation de la pandémie de coronavirus, il n’a pas manqué de lancer un énième appel à la population afin qu’elle fasse montre de prudence en continuant à les respecter. Ce qui est absolument nécessaire maintenant que les cas de Covid-19 avancent petit à petit vers les 400 cas quotidiens. Ceci outre le fait que les cas de variants ont largement dépassé les 636 cas révélés par le Pr Mehyaoui au début de la semaine dernière.
Pour sa part, toujours en matière d’ouverture de vaccinodromes, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, a fait savoir que d’autres structures que les chapiteaux seront également ouverts ultérieurement. Il y aura une «massification de la campagne de vaccination qui sera opérée dans des stades, dans des écoles et à travers tout le territoire national», a-t-il indiqué dans un entretien au quotidien Horizons.
En parlant de stades et d’écoles, il est clair que leur ouverture pour la vaccination ne pourra se faire que durant les vacances d’été, soit à partir du mois de juillet, une période durant laquelle l’Algérie devrait avoir reçu, selon les dires des responsables et des membres du Comité scientifique, de grandes quantités de vaccins.
Faisant le total des doses effectivement réceptionnées jusqu’à présent, les deux membres du Comité scientifiques, Fourar et Mehyaoui, ont déclaré que l’Algérie a reçu près de 2,5 millions de doses de différents vaccins, à savoir l’AstraZeneca, le russe Sputnik V et les vaccins chinois Sinopharm et Sinovac. «Les vaccins acquis par le ministère de la Santé sont tous sûrs les uns que les autres», a rassuré Dr Fourar, soulignant que l’Algérie «a réussi, malgré le faible élan de solidarité en matière de fourniture des vaccins, à assurer suffisamment de doses grâce au dispositif Covax mis en place par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et aux accords bilatéraux avec des producteurs, ce qui a permis le passage à la deuxième phase de vaccination».
«2 millions d’Algériens vaccinés», selon le Pr Mehyaoui
Concernant le nombre de personnes vaccinées, dont les spécialistes n’ont cessé de réclamer la publication en même temps que le bilan quotidien des cas et des décès, il a – enfin ! – été annoncé hier. Le Pr Mehyaoui a affirmé que près de 2 millions de personnes ont été vaccinées jusqu’à présent». Il n’a pas donné plus de précisions. Si le nombre de doses réceptionnées depuis le 29 janvier est de quelques 2,5 millions, dont plus de 1,4 million a été reçue les deux dernières semaines de mai (170.000 doses le 19 mai, 758.400 doses le 21 mai et 500.000 doses le 31 mai), cela veut-il dire que les doses de mai ont presque toutes été utilisée en si peu de temps avant même l’ouverture des structures supplémentaire de vaccination ? Cela d’autant que la vaccination se fait en deux doses ?
Quoi qu’il en soit, la vaccination suit son cours et se déroule «à un rythme normal» malgré la lenteur constatée lors de ses débuts, a estimé le Pr Mehyaoui. Hier, la place El Kettani a connu, dès la matinée, «l’affluence croissance de citoyens à l’espace de proximité affecté par le ministère de la Santé en vue de se faire vacciner, soit pour la première ou la deuxième dose», selon l’APS. Il y avait également des personnes venues s’enquérir de l’opération auprès du staff médical. Le lieu s’est vite rempli de différentes catégories d’âge.
Pour rappel, l’Algérie prévoit de vacciner 20 millions de personnes d’ici à la fin de l’année en cours ou peut-être même jusqu’au début de l’année prochaine, ce qui nécessite un total de 40 millions de doses de vaccin.