C’est la consternation dans la vallée du M’zab après l’annonce du décès, jeudi après-midi à l’hôpital Dr Brahim-Tirichine de Sidi Abbaz, de l’un des deux ouvriers de la commune tombés accidentellement mardi matin en plein centre-ville de Dhaïa Ben Dahoua au fond d’une bouche d’égout qu’ils étaient en train de curer. Sexagénaire, père de famille, originaire de la grande tribu des M’dabihs de Daïa Ben Dahoua, à une dizaine de kilomètres au nord-est du chef-lieu de wilaya, la victime, membre d’une grande famille, est très connue localement pour sa modestie. Sa famille et tous les membres de sa tribu et ses collègues attendent de pouvoir récupérer sa dépouille du service de médecine légale de l’hôpital Dr Brahim-Tirichine de Sidi Abbaz après l’autopsie d’usage, ordonnée par le Procureur de la République près le Tribunal de Ghardaïa. Pour rappel, l’incident s’est produit, mardi, en plein jour et sur la plus grande artère de la commune, en l’occurrence la rue El Khennous, dans le quartier Areghdane, lorsque des cris ont jailli du fond d’une bouche d’égout dont le couvercle était ôté et posé à l’écart. Accourant vers le lieu d’où provenaient les cris, des citoyens apercevant deux hommes qui se débattaient six mètres plus bas, ont alors alerté les secours. Rapidement arrivés sur les lieux, les éléments de la Protection civile ont de suite mis en place le dispositif de secours et hissés, à l’aide de sangles et d’infinies précautions du fait de l’exiguïté de la cavité, les deux victimes l’un après l’autre, blessés mais vivants. Rapidement évacués vers la polyclinique de Dhaïa Ben Dahoua où ils ont reçu les premiers soins, ils ont été transférés vers l’hôpital Dr Brahim-Tirichine de Sidi Abbaz, où ils ont été admis aux urgences médicochirurgicales. Selon les premières déclarations de témoins, il semblerait que les deux ouvriers âgés de 56 et 62 ans étaient en train de curer la circonférence de l’égout lorsque l’un d’eux, étourdi par les gaz qui s’en dégageaient, a glissé, entraînant dans sa chute son camarade qui lui aurait tendu la main pour le retenir, en vain. Une enquête est ouverte par la Sûreté de daïra de Dhaïa Ben Dahoua pour déterminer les causes et circonstances de cet accident qui a causé mort d’homme et laissé une famille sans ressources. En ce début de mois de Ramadhan, il y a urgence à prendre en charge cette famille et à lui procurer une aide financière et matérielle lui permettant de vivre dignement.O. Y.