La Caisse nationale d’équipement pour le développement (Cned) et le Centre de recherche en économie appliquée (Cread) ont signé, jeudi dernier, une convention dont la nature est de permettre à la Caisse de bénéficier de l’expertise du centre de recherche en matière d’évaluation des projets.

La cérémonie de signature de la convention a eu lieu à Birkhadem, au siège de la Cned. Elle signale le début d’une coopération entre deux organismes non seulement importants mais représentatifs du monde de la recherche et de l’université ainsi que celui de la décision économique. C’est ce qu’a d’ailleurs souligné le Directeur général de la Cned, Amar Grine, qui a déclaré que sans expertise ni savoir-faire, « on ne pourra pas avancer ». « Nous avons besoin d’être toujours guidés pour qu’on puisse valider ce que nous faisons ». La Cned, pour précision, est habilitée à se prononcer sur l’opportunité et la faisabilité économique, technique, sociale et financière des grands projets d’équipement, en donnant son avis avant leur inscription à la nomenclature des investissements publics. Cet organisme assure, également, le suivi des réalisations en matière d’avancement, de coûts, de délais et de qualité des projets. Pour sa part, le Cread va apporter l’expertise économique et scientifique. « Nous allons contribuer à l’approfondissement du travail que mène la Cned afin de consolider ses évaluations, en lui permettant de s’appuyer sur des instruments d’appréciation techniques et économiques rationnelles adaptées à la réalité algérienne », a indiqué son Directeur général Yacine Belarbi.
« La Cned est spécialisée entre autres dans les études de faisabilité technique et financière des grands projets publics ainsi que leur rentabilité. Le Cread va l’appuyer plus efficacement dans ses missions, en lui apportant un soutien et une expertise des impacts environnementaux, sociaux et socio-économiques ».
Nous y reviendrons.