Plusieurs affaires concernant des détenus du Hirak et ceux en liberté provisoire sont programmés pour les prochains jours, indique le Comité national pour la libération des détenus (CNLD).
C’est le cas de Aziz Bekakria, actuellement en garde à vue à Tébessa et qui sera présenté demain devant le procureur du tribunal de la même ville, avant son audition par le magistrat instructeur. Théoriquement, ce juge a la prérogative de le remettre en liberté ou de le placer en détention préventive, s’il considère que les faits qui lui sont imputés sont établis.
Au cours de la même journée, il est également attendu que le tribunal de Dar El Beïda prononce son verdict dans l’affaire de l’intellectuel et militant Fodil Boumala, en détention depuis le 18 septembre dernier. Ce dernier est poursuivi pour deux chefs d’inculpation «atteinte à l’unité nationale» et «diffusion de publications portant atteinte à l’intérêt national». Le Procureur a requis un an de prison ferme à l’encontre du mis en cause assortie d’une amende de 100 000 dinars, annonce le Comité national pour la libération des détenus (CNLD).
Pour rappel, le tribunal de Sidi M’hamed a renvoyé, jeudi dernier, au 2 avril prochain le procès des cinq militants du Rassemblement Action Jeunesse (RAJ), à savoir Djallal Mokrani, Hakim Addad, Ould Ouali Nassim, Bouider Ahmed et Massinissa Aissous. Les cinq militants, poursuivis pour incitation à attroupements et distribution et publication de tracts portant atteinte à sécurité de l’Etat, ont été placés sous mandat de dépôt le 6 octobre dernier, avant qu’ils ne bénéficient de la liberté provisoire le 2 janvier dernier. «Le procès a été renvoyé au motif qu’il se déroulera toute une journée», déplore le collectif RAJ. A Annaba, la chambre d’accusation du Tribunal de la même ville statuera sur la demande du juge d’instruction du même parquet concernant le dossier de Boussaha Zakaria, accusé d’atteinte à l’intérêt national et incitation à attroupement pour ses publications sur Facebook. Le même jour, sera étudié en correctionnelle son autre dossier lié à d’autres publications et accusé d’outrage à magistrat. A Mascara, le procès en appel de l’ex-détenu Hadj Ghermoul est programmé le 4 mars prochain. Ce dernier a été condamné en décembre dernier à une peine de 18 mois de prison ferme assortie d’une amende de 30 000 DA et de 200 000 DA de dommages et intérêts pour «diffusion de vidéos portant atteinte à l’intérêt national». Il a été auditionné à plusieurs reprises par les policiers de la Sûreté de wilaya de Mascara suite à ses publications au sujet du mouvement populaire sur sa page Facebook. Sur un autre volet, le verdict dans le procès en appel de Mohamed Tadjadit sera connu le 12 mars prochain. Au cours du procès jeudi dernier, le procureur près la Cour a requis la confirmation du verdict du Tribunal de Sidi M’hamed, qui a condamné l’activiste à 18 mois de prison ferme.