Le deuxième plus grand groupe pétrolier américain, Chevron, a annoncé, hier, être parvenu à un accord définitif pour le rachat de toutes les actions en circulation du groupe Anadarko pour 33 milliards de dollars, soit 65 dollars par action.
Chevron a promis
2 milliards de dollars de synergies par an aux actionnaires, selon le communiqué.
L’acquisition d’Anadarko renforcera considérablement le portefeuille en amont de Chevron, en particulier ses positions de leader dans les grands et attractifs bassins de gaz naturel et de schiste.
Le projet de GNL au Mozambique, mené par Anadarko, figurera en bonne place sur la liste des priorités du Chevron, qui a déclaré que «la zone 1 est un projet novateur, très compétitif, proche des principaux marchés».
La transaction renforcera la solidité de Chevron, lui permettant de soutenir sa position de leader dans le bassin du Golfe du Mexique et d’accroître ses activités dans le GNL, a commenté son P-dg, Michael Wirth.
De son côté, le P-dg d’Anadarko, Al Walker, a déclaré que ce «regroupement stratégique formerait une société plus forte et meilleure avec des actifs, du personnel et des opportunités d’envergure mondiale».
Anadarko, plus grand producteur de brut parmi les partenaires de Sonatrach a souhaité, en mars dernier, reconduire ses contrats de production en Algérie et y renforcer son activité. Le groupe, qui produit près de 260 000 barils/jour en Algérie, avait demandé l’extension de tous ses contrats d’exploitation d’hydrocarbures, avait confié une source à Sonatrach à l’APS.
Le premier contrat portant sur le champ Hassi Berkine (Hbns), où le groupe exploite les blocs 404 et 208, arrive à échéance en 2023. Le groupe exploite également en partenariat avec Sonatrach le gisement El Merk à Illizi, qui représente l’une des plus grandes découvertes de brut réalisées en Algérie ces dernières années, avec des réserves estimées à 1,2 milliard de barils de pétrole et de condensat.