La forme du joueur et le contexte sanitaire, qui ne permettra pas à l’Algérie de jouer des matchs en septembre, risquent de coûter la perte définitive de Houssem Aouar en faveur de l’équipe de France. En effet, les « Bleus » ont deux sorties officielles programmées en septembre prochain face à la Suède et la Croatie pour le compte de la Ligue des Nations UEFA. Didier Deschamps, coach des « Bleus », devrait, vraisemblablement, faire appel aux services du talentueux lyonnais. S’il joue la moindre minute, il ne deviendra plus sélectionnable par Djamel Belmadi, driver de l’EN.

La liste des joueurs sélectionnés en équipe de France, qui sera dévoilée le par Didier Deschamps le 27 août prochain, sera certainement attendue du côté de l’Algérie. En effet, la présence, quasi-certaine, de Aouar est redoutée. Après avoir manqué deux regroupements par le passé pour « blessure », le « Gone » pourrait répondre favorablement à l’appel cette fois.
« Si Didier Deschamps veut le bloquer par rapport à la sélection algérienne, il peut faire des choses… Je suis heureux pour lui car c’est un pur talent qui vient de l’Academy. J’ai vraiment envie qu’il réussisse jusqu’au bout, peu importe ses orientations en matière de sélection, et qu’il reste à l’OL », c’est ainsi que Jean-Michel Aulas, patron de l’Olympique lyonnais et qui a toujours voulu voir le crack du centre de formation porter la tunique des « Bleus », avait annoncé la couleur pour l’éventuelle bataille entre le Fédération française de football (FFF) et son homologue algérienne (FAF)..

De la place dans l’entre-jeu français
Cela aurait pu se faire à deux reprises en septembre dernier puis en octobre. Mais des pépins physiques ont empêché le dépositaire du jeu rhodanien de rallier Clairefontaine. Beaucoup ont essayé d’interpréter ces défections comme des « blessures diplomatiques » afin de ne pas dire « non » à l’EDF. Selon certains, Aouar a l’équipe nationale d’Algérie dans un coin de la tête. Même si, sportivement et niveau CV, jouer pour les Champions du Monde lui donnerait plus de visibilité et une participation quasi-certaine dans les grands-évènements footballistiques. A commencer par l’EURO-2021 qui se profile.
En tout cas, le potentiel du milieu de terrain est énorme. Il est suffisant pour pousser Deschamps à cocher son nom pour le prochain stage. D’autant plus que les Ndombele, Sissoko ou encore Matuidi sont en perte de vitesse. A 22 ans, le Lyonnais fait une saison assez aboutie. Il a compilé 9 buts et 7 passes décisives en 40 apparitions toutes compétitions réunies jusque-là. Demain, il sera opposé au Bayern Munich en demi-finale de la Ligue des Champions après avoir brillé en quarts face à Manchester City.
Pas de marge de manœuvre pour Belamdi
D’ailleurs, Kevin De Bruyne, le métronome des « Citizens », s’est montré admiratif lui reconnaissant un talent certain : « Comme équipe, les Lyonnais jouent très bien, estime le milieu de terrain belge. Je ne regarde pas beaucoup le football français, ni en Angleterre. Mais si je dois dire un nom, pour moi c’est Houssem Aouar. Aujourd’hui, il a fait un bon match », a concédé le Belge qui reste une référence dans le secteur médian. De quoi inciter les Français à le « sécuriser » en le faisant jouer dès le mois de septembre.
Ainsi, il ne serait plus sélectionnable chez les Fennecs. Surtout que l’EN ne devrait pas rejouer avant octobre compte-tenu du contexte sanitaire lié au Coronavirus. De quoi empêcher Djamel Belmadi, driver des Verts, de solliciter les services d’un véritable crack. Surtout que le premier responsable de la barre technique d’El-khadra a toujours eu espoir de le convaincre : « J’entends beaucoup parler de Houssem Aouar et il faut qu’on mette les choses au clair.
Aouar est un joueur de l’équipe de France même si il n’a pas encore joué et qu’il reste sélectionnable », avait-il précisé en novembre dernier. L’équipe de France a clairement la main sur Aouar. Sauf si le concerné décide de snober publiquement la sélection de son pays de naissance et qui l’a vu éclore. Difficile à concevoir. Mais sait-on jamais… n