Par Seddiki Djamila
Les sous-traitants algériens de l’entreprise portugaise ACA Engenharia SA, qui a réalisé la réhabilitation du complexe touristique Tipasa village (ex-CET), reviennent à la charge pour réclamer leurs dus qui consistent en des impayés qu’ils réclament à l’EGTT. Elle répond qu’il n’y a aucun contrat qui la lie à ces derniers, d’où l’impossibilité de répondre à leur demande.
Ne trouvant pas de solution à leur problème, la cinquantaine de sous-traitants, dont l’unique partenaire est l’entreprise portugaise ACA Engenharia SA, qui a déjà quitté l’Algérie après la livraison du projet de réhabilitation du CET, s’acharnent à réclamer à l’EGT Tipasa le payement des factures restantes dont le montant est évalué à 300 millions de dinars. Ayant fait appel devant le tribunal de Tipasa, qui a rendu son verdict en infligeant une amende de 5 millions de dinars à l’entreprise portugaise ACA, mais celle-ci refuse de prendre en charge le problème et ne donne plus signe de vie depuis son départ.
Alors faute d’interlocuteurs et de solution, les sous-traitants réclament à l’EGTT le paiement de leurs factures impayées «ce qu’elle ne peut faire», selon les propos du Directeur général par intérim. Aucun contrat ne les lie, indique-t-il.
L’entreprise portugaise ACA Engenharia SA a, depuis son départ d’Algérie, laissé dans le désarroi une cinquantaine d’entreprises sous-traitantes algériennes, dont la situation financière est désastreuse. <