La rencontre du Président Tebboune avec les responsables des quotidiens le Soir d’Algérie et El Khabar, diffusée dimanche soir sur plusieurs chaînes de télé, a été une occasion de voir plus clair sur plusieurs sujets. Ainsi, des réponses ont été données à des questionnements que se posent de nombreux citoyens.
Pour les rentrées scolaire et universitaire, le Chef de d’Etat a réaffirmé le choix établi depuis le début. La prudence reste de mise et la santé du citoyen est privilégiée même si c’est au détriment de l’économie. Abdemmadjid Tebboune profitera de l’occasion pour revenir sur l’examen du baccalauréat en faisant une promesse. «A partir de l’année prochaine, il n’y aura plus de coupures d’Internet» durant cette épreuve. Ce n’était d’ailleurs pas le seul «repère-temps» affiché lors de cette intervention.
Concernant le volet politique, les élus de l’APN et des APC ne termineront pas leur mandat (respectivement juin et novembre 2022). Il y aura donc bel et bien des élections législatives et locales anticipées, et il est même possible qu’elles soient programmées avant la fin 2020. Une annonce primordiale dans la quête de crédibilité recherchée en vue d’effacer tous les «nids» insalubres encore en place de l’ancien système. Depuis les dernières révélations de l’ancien député – condamné à huit ans de prison – sur la grande corruption qui gangrène l’APN et le Conseil de la Nation, le départ de ces «élus» est devenu d’une extrême urgence. Des institutions qui ont besoin d’un nouveau sang et qui seront une occasion de voir émerger une nouvelle classe politique dont a tellement besoin l’Algérie.
Le président de la République s’est également exprimé sur le côté «étranger». Il rappellera le travail de sape (omis par certains, mais pourtant bien réel) de certaines ONG internationales «qui ne sont que des appendices de services» étrangers. Et quand les officines sont évoquées, le lien est facile pour montrer l’importance accordée à tout ce qui se passe à nos frontières. L’Algérie a et aura son mot à dire sur la Libye et le Mali. La sécurité du pays passe par la stabilité de ces deux pays voisins. Le Président l’a rappelé encore une fois lors de cette sortie médiatique. Une manière de montrer aux nombreux «acteurs» impliqués dans les crises malienne et libyenne que l’Algérie est incontournable dans la région.