L’Algérie à l’heure de l’Aïd ! A trois jours de l’Aïd El Adha, on préfère l’Aïd El Kébir comme on disait naguère, le pays tout entier s’est mis à l’heure de la fête. 

Alger comme ailleurs sent la bergerie et les communes ont beau réserver des points de vente spéciaux du mouton, il n’y a rien à faire : ce dernier déborde de partout et se retrouve jusqu’aux endroits les plus invraisemblables : cages d’escaliers, ascenseurs, terrasses d’immeubles quand ce ne sont pas les malles de voitures grand ou petit cabaret. C’est ainsi : avant qu’il ne passe au couteau, l’agneau est roi dans nos contrées : jusqu’à que cette journée du sacrifice, le 21 août pour laquelle les pouvoirs publics annoncent se plier en quatre : pour que la fête se passe bien.

Et comme de coutume, cela commence par le cheptel «en abondance cette année» et en «bonne santé», selon tous les responsables concernés. Pas moins de cinq millions de têtes d’ovins sont destinés au sacrifice et sans risque de contamination par la fièvre aphteuse, un mal qui ne concerne que les bovins, rappellent les services vétérinaires. « Il n’y a pratiquement aucun risque », rappelle le directeur des services vétérinaires (DSV) auprès du ministère de l’Agriculture, du Développement Rural et de la Pêche. « En plus des 15 000 vétérinaires fonctionnaires mobilisés pour assurer la permanence durant cette fête religieuse et tout au long des jours qui la précèdent, nous avons fait appel à 9.000 vétérinaires praticiens pour assurer la couverture sanitaire du cheptel durant cette occasion», indique Karim Kaddour Hachimi dans un point de presse, jeudi dernier. Par ailleurs, pour éloigner le spectre de la viande putréfiée qui continuent de hanter les esprits des familles, ce responsable a assuré que les services de son ministère se sont rapprochés des éleveurs pour les sensibiliser sur l’alimentation de leur bétail. « On leur a expliqué qu’une alimentation saine durant les deux derniers mois de la vie de l’animal garantit la qualité de sa viande », a-t-il dit.

Ça roule !

Pour les transports urbains algérois, l’ETUSA a mis en place un « dispositif spécial » pour desservir les cimetières de la ville et de sa ceinture périphérique, la visite des morts étant, chez nous, un rituel immémorial et immuable. Ce dispositif sera opérationnel durant les deux jours de l’Aïd, les  21 et 22 août.  A partir des stations du  1er-mai,  Place des martyrs, Chevalley, Bachdjarah et El Harrach, deux bus assureront la rotation à intervalle de 20 minutes, de 08h30 jusqu’à 15h00 pour desservir les cimetières de la ville. Par ailleurs, des liaisons sont également prévues au départ des localités de Chaibia, Birtouta, Sidi M’hamed, Ed-Dalia, Zeralda, Rouiba pour rallier les différentes stations de liaisons, ajoutent les responsables de l’entreprise. Même le transport par  métro et tramway sera assuré normalement et sans interruption, assure l’Entreprise métro d’Alger (EMA).

Naftal à la pompe et la sécurité sur les routes

En ce qui concerne l’interurbain, la société de gestion des gares routières d’Algérie (Sogral) a programmé à partir de la gare routière du Caroubier plus de 900 départs par jour vers les différentes destinations internes durant les trois  jours qui précèdent l’Aïd. Son directeur général a indiqué par ailleurs que durant les deux jours de l’AID  un service minium sera garanti pour les destinations de moins de 150 kilomètres, outre la programmation de départs pour les longs trajets au niveau de toutes les gares routières dirigées par la société. 

Ce dispositif devrait suffire selon Azzedine Bouchehida qui rappelle que les fêtes de l’Aid coïncident avec les grandes vacances et la période des congés, ce qui devrait conduire à une mobilité moins importante qu’auparavant. 

Selon le directeur général de la sogral, il ne devrait pas y avoir plus de 30.000 voyageurs durant cette période. Le même responsable affirme qu’en termes de sécurité plus de 40 caméras de surveillance ont été installées au niveau de la gare du  Caroubier « pour assurer la sécurité des voyageurs ».

Pour ce qui relève du secteur de l’eau, une ressource abondamment utilisée durant le sacrifice de l’Aid El Kébir, le ministère compte mobiliser 8 000 agents à travers le territoire national pour assurer la continuité d’approvisionnement en eau potable, et le bon fonctionnement des réseaux, a-t-il indiqué jeudi dernier dans  un communiqué. Le carburant sera lui aussi  disponible durant les deux jours de l’Aid, selon Naftal. La distribution des produits pétroliers sera aussi assurée durant les deux jours, a indiqué jeudi la même source. 

Ajouté à toutes ces préparatifs, un dispositif spécial pour assurer la sécurité des personnes et des biens a été mis en place par la Sûreté nationale en prévision de l’Aïd El Adha, indique jeudi un communiqué des services de ce corps de sécurité. La même source a assuré que « tous les moyens humains et matériels ont été mobilisés à travers le territoire national à cet effet et les patrouilles fixes et mobiles ont été renforcées, notamment au niveau des places publiques, gares routières, stations de métro et tramway». D’autre part, dans le but de réduire le nombre de victimes d’accidents de la circulation, la Sûreté nationale a exhorté les usagers de la route à «faire preuve de vigilance » et rappelé que les numéros verts 15 48 et 17 sont à la disposition des citoyens ».

Eviter les déchets partout 

Sur le front de la propreté, l’exemple nous vient de l’Office national d’assainissement (ONA) de Médéa qui a entamé, jeudi, la distribution d’importantes quantités de sacs poubelles, dans la cadre de la campagne de sensibilisation « préservez les réseaux d’assainissement ». En effet, plusieurs équipes de l’Office ont été mobilisées pour cette opération au cours de laquelle des sacs poubelles ont été distribués aux citoyens afin de faciliter la collecte des déchets de moutons et éviter, ainsi, l’obstruction des canalisations, avec comme conséquence directe, le débordement en plein air des eaux usées.ν